COMPÉTITIVITÉ DU PORT DE DAKAR : 250 millions F CFA disponibles pour accompagner les Pme

Dans le but de booster la compétitivité des Petite et moyennes entreprises (Pme) au Sénégal, la Direction du Port autonome de Dakar (Pad) a décidé d’accompagner leurs exportations. Pour cela, elle va mettre à partir de l’année un montant conséquent pour l’accompagner afin de faciliter les échanges.

Pour accompagner les Petites et moyennes entreprises (Pme) sénégalaises à booster leur compétitivité, le Port autonome de Dakar à travers son Directeur général Aboubacar Sadikh Beye, a décidé de mettre à leur disposition, à partir de l’année prochaine, un montant de 250 millions F CFA pour accompagner leurs exportations. Ceci, dans le but de faciliter les échanges entre les autres pays. Selon lui, ce qui est plus important pour l’Afrique, le Sénégal gagne en compétitivité. Que le Port de Dakar soit plus fluide, qu’il crée les conditions pour que les chargeurs puissent surtout charger les containers de retour. Ce qui est un élément essentiel de la compétitivité d’un port.

« On fait un trafic In qui est pour un trafic Out. Ce qu’on essaie de voir, c’est l’engagement de tous les exportateurs sénégalais avec des institutions comme le Cosec pour les accompagner », a-t-il déclaré. Parlant du Port de Ndayane, ce dernier de faire savoir qu’il occupera une place très important et aura pour mission un acteur logistique au service des clients. Chaque année, dira-t-il, « il y a 1 million de tonnes que nous ajoutons dans le trafic ». « Entre 2016 et 2017, nous avons réalisé 11 % de croissance en volume ». Pour lui, aujourd’hui le port est congestionné du fait du succès du Pse. Mais, dans ce port gît un potentiel de 2 à 3 points de croissance. « Aujourd’hui, au Sénégal s’il y a une activité qui est prête à être le moteur du Pse c’est l’activité portuaire où nous pouvons amener la croissance économique à 2.18. Mais, on peut atteindre les 10 % pour peu que l’activité portuaire connaisse l’investissement qu’il Faut », a précisé M. Beye.

C’est dans ce cadre, à-t-il fait savoir que « nous sommes en train de finaliser les accords avec un partenaire stratégique DP-World pour la construction du Port de Ndayane, qui dans sa première phase entre 2019 et 2020, pour les containers, fera 926 millions de Dollars Us sans investissement public. Dans la deuxième phase également c’est le même montant. « Nous parlons de 2 milliards de dollars Us d’investissements directs étrangers. Mais aussi, nous allons travailler avec le privé national pour qu’il participe à cet investissement, participe à faire de Dakar et du Sénégal la porte d’entrée de l’Afrique. Ce que nous voulons c’est un Port pour les 15 pays de la Cedeao pour plus de 300 millions d’habitants », affirme-t-il. Avant d’ajouter : « Le Sénégal va profiter pour une fois de sa position géographique, de sa stabilité politique et sociale et de sa qualité des ressources humaines pour servir le continent. Ce qui est sa vocation et le nouveau plan du Port de Dakar ».

Aboubacar Sadikh Beye, procédait ce vendredi à une communication sur le projet du port de Ndayane et le port de Foundiougne Ndakhonga au pavillon Sénégal dans le stand du Port, dans le cadre de la Fidak, où il a fait savoir qu’il y a énormément de chose à faire, parce que l’Afrique elle seule représente 3 % des échanges internationaux. Ce que les spécialistes économiques ont jugé très faible. Pour ce faire, annonce-t-il, « il faudrait qu’on atteigne au moins du 10 % du commerce mondial, mais également 10 % des investissements directs étrangers dans un monde où il y a 1500 milliards de Dollars Us que seules des rencontres comme la Foire de Dakar permettront aux Pme de faire des échanges, pour pouvoir exporter, pour pouvoir mieux s’insérer dans les chaînes de valeurs mondiales.

Saër DIAL

Rédacteur

Saër DIAL

à lire

Autres Articles