Commission de l’Union Africaine Qui est Moussa Faki Mahamat, l’homme qui a battu Abdoulaye Bathily ?

Le ministre tchadien des Affaires étrangères, élu lundi après-midi à la présidence de la Commission de l’Union africaine (UA) à Addis Abeba où se tient le 28e sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de l’organisation, est qualifié de « bosseur discret » n’hésitant pas à sillonner le monde pour porter la parole de son pays.

Agé de 56 ans, Moussa Faki Mahamat  qui est depuis avril 2008 ministre des Affaires étrangères, de l’Intégration africaine et de la Coopération internationale de son pays, voudrait mettre ses huit ans d’expérience diplomatique au service de l’Afrique estimant que sa candidature est suscitée par plusieurs chefs d’Etat du continent.

La participation du Tchad à la lutte contre le terrorisme notamment au Nord Mali et contre Boko Haram, a certainement contribué au choix de Mahamat.

Détenteur d’une licence en droit obtenue en 1986 à l’Université de N’Djaména, puis d’un Diplôme d’études supérieures en droit public décroché à l’Université Marien Ngouabi de Brazzaville au Congo (en 1992), Moussa Faki est actuellement inscrit en thèse de droit public à l’université Paris 3, en France.

Sa riche carrière administrative et politique débute en 1993 par un poste d’enseignant chargé de cours à l’université de N’Djaména. Après deux ans d’enseignement, il est désigné rapporteur du Comité institutionnel chargé de la rédaction des projets de constitution (le Tchad venait de sortir d’une dictature sous Hissein Habré), de la loi électorale et de la charte des partis politiques.

Il est appelé plus tard à servir comme Directeur général  (secrétaire général actuellement) aux ministères des Postes (1995) et celui du Plan (1996).

Le chef de l’Etat Idriss Déby Itno fait appel à lui à la présidence de la République, pour le nommer directeur de cabinet civil.

« Ici dans les rouages du pouvoir le directeur de cabinet civil est comme l’homme du président. Tout passe par lui avant d’atterrir au bureau du chef de l’Etat», nous confie un homme politique, à N’Djaména. Il occupe ce poste pendant trois ans (1999 à 2002).

Sa première expérience gouvernementale intervient en 2002 quand il est nommé ministre des Travaux publics. Après avoir passé, juste quelques mois, à ce poste, Moussa Faki est muté  mais revient en juin 2003 comme chef du gouvernement.

Il reste à ce poste stratégique pendant deux ans.

Avant de devenir chef de la diplomatie tchadienne en 2008, il a été le premier président du Conseil économique, social et culturel (2007 à 2008).

Moussa Faki est connu du grand public à cause de son passage à la SONASUT (Société nationale sucrière du Tchad), qui emploie un nombre important des ouvriers permanents et saisonniers. Il a été directeur général de la même entreprise de 1995 à 1996.

Source Apa

Oumou Khaïry NDIAYE
à lire

Autres Articles