Combattre les fausses nouvelles: huit moyens pour nous préparer aux élections en Afrique (par Akua Gyekye)

Huit manières de préparer les élections en Afrique (par Akua Gyekye, responsable des politiques publiques, Africa Elections)

Nous voulons partager une mise à jour sur nos travaux visant à réduire la propagation de la désinformation, à protéger l’intégrité des élections et à soutenir l’engagement civique à travers le continent.

Avec plusieurs élections à venir en Afrique, nous souhaitons partager une mise à jour de notre travail pour réduire la propagation des informations erronées, protéger l’intégrité des élections et soutenir l’engagement civique sur tout le continent. Nous avons consacré des ressources sans précédent à ces efforts au niveau mondial – et notre travail à travers l’Afrique se concentre sur huit domaines clés.

Combattre les fausses nouvelles

Nous voulons arrêter la propagation de fausses nouvelles sur nos plateformes. C’est pourquoi nous nous sommes associés à des vérificateurs de faits tiers en Afrique du Sud, au Nigéria, au Kenya, au Cameroun et au Sénégal – y compris Africa Check (la première organisation indépendante de vérification des faits en Afrique), AFP (Agence France-Presse – une actualité internationale agence), Pesa Check (une organisation locale kenyane chargée de vérifier les faits) et Dubawa (une organisation nigériane locale).

es groupes indépendants nous aident à évaluer l’exactitude des nouvelles partagées sur Facebook. Lorsqu’ils déterminent que le contenu est faux, nous réduisons sa diffusion dans le fil d’actualité afin que moins de gens la voient. Nous montrons également les articles connexes des vérificateurs de faits pour plus de contexte et informons les utilisateurs si une histoire qu’ils ont partagée est considérée comme fausse.

De plus, au Nigéria, WhatsApp a collaboré avec Africa Check et CrossCheck Nigeria pour permettre aux utilisateurs de poser des questions sur les rumeurs potentielles qu’ils ont reçues via la plate-forme. Ces extensions de vérification des faits s’inscrivent dans une stratégie plus large de lutte contre les fausses informations, qui comprend un travail considérable pour éliminer les faux comptes; supprimer les incitations offertes aux acteurs à motivation financière qui propagent des informations erronées; promouvoir l’alphabétisation des nouvelles; et donnez plus de contexte pour que les gens puissent décider eux-mêmes de quoi lire, faire confiance et partager.

Renforcer l’alphabétisation numérique et aider les gens à détecter les fausses nouvelles

 

Nous voulons nous assurer que les gens peuvent repérer les fausses nouvelles et savoir comment les signaler. C’est la raison pour laquelle nous avons diffusé des conseils pédagogiques à la radio nationale et régionale ainsi que dans la presse écrite au Nigéria, en Afrique du Sud, en Zambie, au Kenya et au Zimbabwe. Au Nigeria, WhatsApp a lancé sa campagne «Share Facts, Not Rumors» (Partager les faits, pas les rumeurs) afin de sensibiliser davantage au problème des canulars. En outre, à la fin de l’année dernière, Facebook a lancé un nouveau programme de sécurité en ligne destiné aux élèves des écoles secondaires nigérianes.

Cet atelier de 12 semaines est conçu pour aider les adolescents à comprendre les principes fondamentaux de la sécurité en ligne et de la culture numérique, couvrant des sujets tels que la gestion de la présence en ligne; médias sociaux et partage; sécurité publique Wi-Fi; établir des relations saines en ligne; comprendre les paramètres de sécurité et de confidentialité des mots de passe; et identifier la désinformation en ligne.

Promouvoir l’engagement civique 

Aider à construire des communautés informées et engagées civiquement est au cœur de notre travail autour des élections. Au Nigeria, nous avons proposé de nouvelles options en anglais et en hausa afin que les internautes puissent signaler des publications contenant des informations électorales incorrectes, encourageant la violence ou enfreignant de toute autre manière les normes de notre communauté (https://www.Facebook.com/communitystandards/). Le jour du scrutin, nous afficherons un rappel du jour du vote en anglais et en haoussa en haut du flux de nouvelles de Facebook.

Rendre les publicités politiques plus transparentes 

Plus tôt ce mois-ci (http://bit.ly/2GpjRGn), nous avons commencé à étendre temporairement l’application de la loi et à ne plus accepter d’annonces électorales étrangères sur Facebook au Nigeria pour aider à prévenir les ingérences étrangères. Aujourd’hui, vous pouvez déjà voir toute annonce qu’une page est diffusée sur Facebook (http://bit.ly/2N5tIBH), qu’elle vous soit affichée ou non.

Formation de journalistes 

Nous continuons d’éduquer les groupes de médias et les journalistes de tout le pays sur les meilleures pratiques pour le partage de contenu sur nos plateformes et la sécurité en ligne. Nous proposons également des formations sur nos normes communautaires (https://www.Facebook.com/communitystandards/), qui régissent ce qui est autorisé ou non sur notre plate-forme.

 

Suppression proactive de comptes d’emprunt d’identité

 

Nous avons toujours eu des politiques contre l’usurpation d’identité. Grâce aux progrès récents de notre technologie de détection, nous sommes devenus beaucoup plus efficaces pour identifier ces comptes.

Partenariats avec des ONG et la société civile 

Afin de mieux comprendre les problèmes locaux et la manière dont nous pouvons les résoudre plus efficacement, nous travaillons avec un certain nombre de partenaires d’ONG et de la société civile dans de nombreux pays africains. Ces partenaires locaux ont largement contribué à nous faire part des réactions que nous avons intégrées à nos politiques et programmes, y compris aux formations susmentionnées destinées aux adolescents et aux journalistes.

Communiquer avec les partis politiques sur la sécurité 

Nous avons formé les parties, les campagnes et les candidats aux meilleures pratiques en matière de sécurité, y compris comment activer l’authentification à deux facteurs et comment éviter les menaces courantes en ligne. Pour les élections nigérianes, nous avons formé des candidats à la vice-présidence, des candidats sénatoriaux et les plus grands conseillers de plus de 35 grands partis politiques – et les informations incluses dans ces formations sont accessibles à tout le monde à Political.FB.com.

Nous voulons que Facebook et WhatsApp soient des lieux où les gens se sentent en sécurité, peuvent accéder à des informations précises et se faire entendre. Nous faisons des investissements importants, tant dans les produits que dans les ressources humaines, et nous continuons à nous améliorer dans chacun de ces domaines.

(par Akua Gyekye, responsable des politiques publiques, Africa Elections)

webmaster

Rédacteur

webmaster

à lire

Autres Articles