Classement NTIC/Recul du Sénégal L’Asutic charge l’Etat et formule ses recommandations

Suite à son dernier classement sur plan mondial, l’Association Sénégalaise des Utilisateurs des TIC au Sénégal (ASUTIC) ­ a constaté avec regrets le recul du Sénégal, d’année en année, depuis 2012 dans l’indice de développement des TIC­.

Dans un communiqué adressé à www.lactuacho.com, l’Association impute l’entière responsabilité de ce recul du Sénégal au Ministère des Postes et Télécommunication, pour manquements aux dispositions de l’article 18 de la loi 2011-1 du 24 Février 2011 portant code des télécommunications­.

Pour Asutic, en vertu de tout ce qui précède, les objectifs contenus dans cette stratégie, d’atteindre la 4e place en Afrique et au moins la 90e place mondiale dans l’indice développement des TIC de l’IUT, la contribution du numérique au PIB à hauteur de 10% avec ­la création de 216 000 emplois d’ici 2025, sont plus que fantaisistes et illusoires.

Nous irons plutôt à l’horizon 2025 à reculons, au grand dam du Peuple Sénégalais. Le rapport 2016 de l’IUT est un indice de plus de cette dynamique de régression du Sénégal enclenchée depuis 2012.

Pour redresser le tir, l’Asutic demande à l’autorité gouvernementale d’éviter la précipitation et de geler la stratégie « Sénégal Numérique 2016-2025 », en vue d’une refonte ­totale.

Elle recommande au Ministère des Postes et des Télécommunications, comme préalable fondamental à la définition d’une stratégie de développement des TIC, ­une enquête nationale sur les TIC, qui permettra de détenir une cartographie actualisée du secteur, avec ses forces et faiblesses.

Ainsi conclut le communiqué parvenu à www.lactuacho.com, il pourra alors aisément reformuler les orientations stratégiques sur la base d’un diagnostic réel et fiable. C’est à ce prix qu’il pourra impulser le développement de l’économie numérique du Sénégal pour en faire un véritable levier de croissance.

Momar Diack SECK
à lire

Autres Articles