Cheikh Amar le meilleur choix pour sauver la SUNEOR et ses milliers d’employés

Contribution Acquise par Abass Jaber au prix de 5,350 milliards de francs Cfa pour une valeur marchande des terres estimée à 10,9 milliards de Cfa , la SUNEOR  accuse aujourd’hui un déficit presque de 90 milliards de francs.

A Dakar, à Louga,  a Kaolack et  a Ziguinchor les travailleurs ne font que  tourner les pouces. La vinaigrerie, la javelerie, la Setuna (unité de production d’aliments de bétail) ne fonctionnent plus à Diourbel.

Seules les coques vides d’arachide sont transportées à Kaolack. Même les tanks où était stockée l’huile ont été démontés et amenés à Dakar.

Rien ne fonctionne et la SUNEOR traverse une situation catastrophique poussant l’état du Sénégal le 20 octobre à prendre la décision de faire sortir du capital le groupe Advens à son profit.

Intéressé par la reprise, Le patron de Holding Amar qui mise beaucoup sur l’agriculture, dit être dans les dispositions de racheter l’usine productrice d’huile, la SUNEOR. « J’ai toujours été contre l’importation de l’arachide. Depuis longtemps, je préconise le raffinage de l’arachide, comme le font les États-Unis. La Suneor occupe une place de choix dans économie de notre pays. Si ce n’est pas la première, c’est sûrement la deuxième société la plus importante au Sénégal. On ne doit pas la regarder partir en ruines aussi facilement et c’est déplorable qu’on ne l’ait jamais mise entre les mains d’un Sénégalais », regrettait Cheikh Amar, invité de l’émission Yoon wi sur RFM.

Une initiative bien patriotique et qui mérite d’être soutenue et encouragée. L’état du Sénégal doit faire confiance au privé national. On ne peut pas continuer à confier 80/100 de notre économie nationale à des étrangers. Le secteur privé sénégalais doit refuser d’avaler les couleuvres. il doit jouer les premiers rôles.

Dans le cadre de la restructuration financière, des investissements  industriels  et de la nouvelle stratégie,  le holding Amar est suffisamment outillé pour redresser la SUNEOR  et sauver les milliers d’emplois en périls.

Contrairement a ses prétendants concurrents que sont Olam , Cevital ,Sifca  et Avril le plan d’investissement et de redressement du holding Amar peut repositionner la suneor comme l’un des principal acteur agroalimentaire d’Afrique de l’ouest.

Avec la fabrication et la commercialisation des produits agroalimentaires a travers une politique de qualité, une forte capacité d’innovation et une distribution irréprochable de ses produits sur l’ensemble du territoire, une amélioration des performances des unités de raffinage et des laboratoires d’analyses, mais aussi un renforcement ses structures commerciales et marketing.

En plus d’une valorisation de l’ensemble de la filière arachide, principal revenu agricole du Sénégal, qui occupe plus de 5 millions de paysans.

Oumar Lo Journaliste

Dieyna SENE
à lire

Autres Articles