Charme touristique Cathédrale de Ziguinchor, la triple dimension d’un site symbolique

A la fois un lieu de culte,  un site historique et un style architectural, la cathédrale  Saint Antoine de Padoue  est une merveille. L’histoire de cette paroisse   remonte à la fin du 19e siècle. Elle rappelle à la fois, le début du christianisme en Casamance mais aussi la présence portugaise dans cette partie sud du pays.

En effet, cette paroisse  a été fondée par les missionnaires lusitaniens en 1888, mais quant à l’Eglise, elle fut construite en 1900 par les puritains français. Son plan architectural  est à l’image des brillantissimes cathédrales  de France.

Chargée de symboles, cette bâtisse est plus qu’un lieu de culte. Et c’est à juste titre d’ailleurs qu’il a été classé au rang des monuments historiques nationaux du Sénégal depuis 1976.

Construite par le père, Jean Marie Esvan, la cathédrale de Ziguinchor résiste encore aux intempéries des âges. Toutefois, on constate tout de même sur les parois de l’édifice, les marques de l’usure du temps, d’où l’urgence pour les autorités ecclésiastiques diocésaines, de prendre les mesures conservatoires adéquates, en vue de la sauvegarde de ce lieu hautement symbolique.

Aujourd’hui, cette œuvre architecturale vieille de cent seize (116) ans (1900-2016) continue d’imposer son charme  aux touristes qui, année après année, ne cessent de faire la ronde dans ce lieu devenu mythique, même si depuis quelques années le nombre de visiteurs a chuté.

Le seul regret est que les archives concernant cette vieille Église ne sont pas sur place. Les puritains français en rentrant en hexagone, les ont amenés avec eux. Ce qui porte aujourd’hui un lourd préjudice aux historiens Sénégalais.

Et si l’Etat du Sénégal pouvait faire quelque chose pour les ramener ?

Ces archives auraient plus d’utilité ici qu’ailleurs. Au nom de la mémoire collective, les ziguinchorois en ont plus besoin.

 Jean Nzalé

webmaster

Rédacteur

webmaster

à lire

Autres Articles