Echanges de coups de cailloux entre le camp du « Oui » et celui du « Non », de nombreux blessés notés

Encore de la violence notée dans cette campagne pour le référendum ! Des scènes de violences ont émaillé, hier, le passage de la caravane de certains leaders du Front du «Non» dans la commune de Dakar-Plateau, nous dit ‘’Pop’’ via Seneplus.

C’est à hauteur de la Grande mosquée, sur les allées Papa Guèye Fall, que des partisans du «Oui» ont attaqué ladite caravane, en balançant de grosses pierres, obligeant Pape Diop, Ngorsi Seck, Farba Senghor, Abdoulaye Balde, entre autres, de se barricader dans leurs véhicules.

Dans cettte scène déplorable, nous disent nos confrères, seul Mamadou Diop «Decroix» , en bon ‘’guerrier’’, est resté debout sur son véhicule pour braver la pluie de cailloux. Malgré l’insistance de Pape Diop, qui lui demandait de se mettre à l’abri, le «folliste» en chef, a dit niet. «Même si je devais mourir, je resterais là», aurait-il lancé.
De l’autre camp, après un petit moment de panique, les partisans du «Non» se sont ressaisis. Visiblement supérieurs en nombre, ces derniers ont riposté violemment.

D’après ‘’Pop’’, ce fut  le sauve-qui-peut du côté des souteneurs de SMS. Même si certains d’entre eux ont essayé de résister avec des jets de pierres.

Une résistance qui a eu raison de la voiture du député Mamadou Lamine Diallo du Mouvement «Tekki» qui a été caillassée.

Selon les capteurs du journal, beaucoup de blessés ont été dénombrés dans le camp des partisans du «Oui», dont Mohamed Diallo, porte-parole du Comité électoral de «Benno bokk yakaar» à Dakar-Plateau.
De retour de la clinique où il était parti pour des soins, Mohamed Diallo a câblé nos capteurs pour livrer la version du camp du «Oui». Et c’est pour accuser le camp du «Non».

«Nous sommes venus vers les allées Papa Guèye Fall, avec le maire Alioune Ndoye. Les jeunes de l’opposition sont venus, on s’est serré la main, avec des accolades. C’était la paix. Mais, c’est quand nous avons pris congé d’eux, qu’ils nous ont attaqués en nous balançant du sable et des pierres. Le maire Alioune Ndoye nous a demandé de ne pas riposter», confie le responsable de l’Apr qui révèle qu’hormis lui, 5 autres de ses camarades ont été blessés.

«Nous avons affaire à une opposition dirigée par des criminels. Ils voulaient attenter à nos vies, surtout celle d’Alioune Ndoye», conclut M. Diallo.

 

Dieyna SENE
à lire

Autres Articles