« Certains dirigeants africains sont à blâmer pour les conflits… » Obasanjo dixit

Certains dirigeants africains sont responsables de l’instabilité sur le continent parce qu’ils ont échoué dans la gestion de la diversité dans leurs pays, dixit l’ancien président nigérian, le général Olusegun Obasanjo.

De même, il a fait remarquer que l’ingérence de l’extérieur dans les affaires de l’Afrique a été la cause de conflits, citant les frappes aériennes de l’OTAN en Libye en 2011 qui ont conduit à l’éviction du pouvoir du colonel Mouammar Kadhafi.
Lors d’une conférence de presse sur le prochain Forum de haut niveau de Tana sur la Sécurité en Afrique  qui se tiendra en Ethiopie, le Général Obasanjo affirmait que « les répercussions se font maintenant sentir au Mali, au Nigeria et au Sahel, ». Interrogé sur la question de savoir si les dirigeants africains étaient à blâmer pour les conflits sur le continent, il répondit dit: « Oui et non. »

Selon Obasanjo, les dirigeants décevaient leur peuple parce qu’ils n’étaient pas capables d’empêcher la marginalisation dans leur société, prévenir l’injustice, réduire le chômage, réduire la pauvreté, et n’avaient pas choisi la voie de la démocratie et de la bonne gouvernance.

Le thème du Forum de Tana de cette année est « l’Afrique dans l’agenda sécuritaire mondial. »

Ce thème est approprié, étant donné les répercussions  de l’intervention de l’OTAN en Libye, dont le président américain Barack Obama a récemment critiqué les gouvernements britannique et français pour s’être débarrassés de Kadhafi sans avoir, préalablement en place, un plan de «suivi» efficace.

Sur la question des opérations de maintien de la paix africaines, il a reconnu que le manque de financement des Etats membres de l’Union africaine a été un échec majeur pour la paix et la sécurité sur le continent. Il a dit avoir été en charge d’un panel de haut niveau pendant qu’il était Chef de l’Etat, pour rechercher des sources alternatives de financement pour l’UA mais que cela n’a abouti à rien.

Président Obasanjo a fait noter qu’au moment où l’Union Africaine entreprenait de mobiliser des fonds pour lutter contre le virus Ebola en Sierra Leone, au Libéria et en Guinée, les Etats membres ont failli de mettre à disposition les fonds.

« L’UA a finalement dû se tourner vers le secteur privé et il a réussi à collecter 40 millions de dollar américain » a déclaré le général Obasanjo, président du Forum de Tana.

Il a critiqué les Etats membres de l’UA pour ne pas contribuer au budget général de l’UA, en ajoutant: « Je pense que cela est induit par l’absence de volonté politique. »
Ebola et la Migration
Gen Obasanjo a signifié que le virus Ebola et la migration en partance de l’Afrique ont eu des implications de sécurité, pas seulement pour le continent « parce que nous vivons maintenant dans une communauté mondiale selon laquelle toute chose qui se passe en Afrique, affecte le reste du monde».

C’était la raison qui poussa l’Afrique à prendre un élan sérieux en ce qui concerne son infrastructure de sécurité, ce que les Africains pourraient faire pour venir à bout de ces problèmes, et ce qui devrait être le rôle du continent dans la formulation des politiques sécuritaires mondiales.

Le vice-président du Forum, le professeur Andreas Eshete de l’Ethiopie, a déclaré que l’Afrique devait avoir non seulement une voix plus forte dans l’architecture globale de sécurité, mais aussi pour que ses points de vue soient prises en compte et intégrés dans le programme mondial de sécurité.

Le 5ème Forum de Tana de haut niveau aura lieu les 16 et 17 Avril 2016 à Bahir Dar en Ethiopie. Plus de 150 participants sont attendus, y compris les Chefs d’Etat et de gouvernement en exercice ou non,  de hauts fonctionnaires gouvernementaux, des universitaires, des représentants de la société civile, des experts et des décideurs de l’UA, l’ONU et d’autres institutions internationales.

Source APO

Fara Michel DIEYE

Rédacteur

Fara Michel DIEYE

Co-fondateur du site Lactuacho.com, Fara Michel DIEYE jouit de plus de 18 années d’exercice dans la profession du journalisme et de la communication. Il a été notamment Rédacteur en chef du site d’information Dakaractu.com et de l’hebdomadaire Espace Magazine, et Directeur de la Rédaction du Quotidien Rewmi et de l’hebdomadaire économique Ecofi. En savoir plus >>

à lire

Autres Articles