CEDEAO/Santé animale Des recommandations formulées pour un meilleur environnement du secteur

Les experts en santé animale ont élaboré un certain nombre d’interventions qui peuvent conduire à un meilleur environnement pour le secteur de prospérer tout en assurant une meilleure sécurité alimentaire pour les populations d’Afrique de l’Ouest.

Communiqué: A la fin d’un atelier de cinq jours à Abuja, au Nigeria, le 23 Septembre 2016, les experts comprenant des réseaux régionaux vétérinaires de laboratoire (liste RESOLAB), Réseau de surveillance épidémiologique régionale (RESEPI), les directeurs de la production animale (RESPA) et les directeurs de vétérinaire services (DEP) ont fait les recommandations de grande portée dans leur rapport paginé onze, destinées à être mises en œuvre au niveau de la Commission de la CEDEAO, les États membres, ainsi que des partenaires.
L’atelier qui a tenu à l’instance de la Commission de la CEDEAO et de la FAO, a réuni les réseaux de production et de la santé animale ainsi que des experts des États membres de la CEDEAO, les organisations régionales et internationals et aussi les organisations de producteurs.

 

Aussi mis en mouvement étaient les modalités de l’amélioration de la situation de la santé animale dans la région,   y compris le suivi de l’ éradication de la peste des petits ruminants ( PPR) d’ici 2030, le renforcement des services vétérinaires ainsi que l’amélioration de la santé animale en réduisant l’impact des autres grandes maladies infectieuses des petits ruminants. les experts ont également examiné la situation des maladies animales transfrontières et leur contrôle.

 

Plus précisément, RESOLAB souhaite que les Etats membres à soutenir les laboratoires vétérinaires de devenir des centres régionaux de diagnostic dans les domaines de leur compétence comparative tels que Salut ghly Pathogène influenza aviaire (HPAI), les laboratoires de diagnostic de PPR, lapéripneumonie contagieuse bovine (PPCB) de la production de vaccins , tout en assurant que tous la santé animale les projets ont des composants pour les activités de réseau

De même, il a demandé à la CEDEAO pour assurer l’opérationnalisation effective du Centre régional de santé animale (CRSA), tout comme l’organisme régional ferait bien en faisant en sorte que tous les projets de santé animale ont une composante pour les activités du réseau ainsi.

 

En ce qui concerne les attentes de l’Organisation pour l’ alimentation et l’ agriculture (FAO), le Bureau inter-africain de l’ Union africaine pour les ressources animales ( UA-BIRA), et d’ autres partenaires, le réseau régional de laboratoires ont recommandé que ces organes s’engagent à soutenir la CEDEAO dans une efficace opérationalisation du CRSA.
De leur côté, RESEPI a exhorté la CEDEAO à accélérer la présentation du document de projet SMP-AH aux donateurs tout comme il veut l’UA-BIRA pour partager les résultats de l’étude des ressources humaines pour le continent avec les gouvernements nationaux de recherche. Il a également recommandé que les États membres devraient préconiser le recrutement de personnel plus vétérinaires dans leurs services vétérinaires tout en explorant le recrutement d’expertise à travers des accords de coopération technique

 

Le RESPA a souligné l’encouragement du développement d’une identification régionale et de la stratégie de traçabilité pour le bétail contrôle des mouvements et le commerce, tout en réduisant les éleveurs-cultures des conflits d’agriculteurs. Il a dit les États membres devraient mettre en œuvre le texte juridique de la CEDEAO sur la transhumance, encourager l’utilisation de la CEDEAO Certificat international Transhumance pour contrôler les mouvements du bétail et atténuer les conflits éleveurs-agriculteurs des cultures dans la région.
Le DVS a appelé à une harmonisation de la législation régionale sur la protection des animaux, ainsi que la mobilisation des ressources pour les questions de santé animale. Elle souhaite également les États membres à mobiliser des fonds pour la lutte contre les maladies des animaux tout en prenant des mesures pour arrêter l’abattage et l’exportation de viande d’âne, cuirs et peaux », comme l’âne devient une espèce en voie de disparition »

 

Les mises à jour ont été données au cours de l’atelier, tandis que des présentations ont été faites par les représentants des pays qui avaient les épidémies récentes. Les pays sont le Burkina Faso, Cameroun, Côte d’Ivoire, le Ghana, le Niger, le Nigeria et le Togo.
Les pays représentés à l’atelier comprenaient le Bénin, le Burkina Faso, le Cap Vert, la Côte d’Ivoire, Ghana, Guinée, Guinée Bissau, Libéria, Mali, Niger, Nigeria, Sénégal, Sierra Leone et Togo.

Il y avait aussi des représentants des organisations internationales aux États-Unis nationaux, régionaux et, l’ UA-BIRA, Organisation mondiale de la santé animale (OIE), l’ alimentation et l’agriculture (FAO), ainsi que ministère de l’ Agriculture Plant Health Inspection Service, ainsi que des animaux et ( USDA-APHIS).

Oumou Khaïry NDIAYE
à lire

Autres Articles