CEDEAO : Vers un cadre global pour l’intégration de la dimension genre et jeunesse contre les crimes financiers

Les dimensions genre et jeunesse de la criminalité financière et transfrontalière en Afrique de l’Ouest seront au centre d’une réunion consultative régionale prévue du 28 au 30 août 2017, à Accra, au Ghana.

C’est une initiative de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao), à travers son Centre pour le développement du genre (CCDG) et le Groupe intergouvernemental d’action contre le blanchiment d’argent en Afrique de l’Ouest (GIABA), indique un communiqué parvenu à www.lactuacho.com. .

La rencontre est organisée au profit des représentants des ministères des Finances, du Genre, de la Justice, de la Sécurité, de l’Intérieur, des organisations de la société civile, des Etats membres, ainsi que de ceux des partenaires au développement, des agences de la Commission et des institutions de la Cedeao.

Elle vise à rassembler les acteurs ouest-africains pour un partage de connaissances, d’expériences et de meilleures pratiques en vue de définir un cadre global pour l’intégration de la dimension genre et jeunesse dans la lutte contre les crimes financiers, notamment le blanchiment de capitaux, le financement du terrorisme et les crimes connexes dans l’espace communautaire.

Selon toujours le communiqué, elle favorisera aussi le partage d’expériences et des bonnes pratiques sur les questions de genre et de jeunesse dans les politiques, les stratégies et les programmes visant à lutter contre les crimes financiers et autres crimes connexes ; à bâtir une approche consensuelle pour une meilleure définition des enjeux stratégiques et opérationnels  liés au genre et à la jeunesse ainsi que des mécanismes de lutte contre ces fléaux.

Cette rencontre sera également l’occasion de fixer le cadre d’un partenariat régional durable sur le genre, la jeunesse et la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme en Afrique de l’Ouest.

La tenue de cette réunion est la concrétisation de la recommandation du 49ème sommet ordinaire des chefs d’État et de gouvernement de la Cedeao tenu, le 4 juin 2016, à Dakar, au Sénégal, et relative à la définition d’un cadre d’appui aux Etats membres dans la sensibilisation et l’éducation des citoyens contre la radicalisation et l’extrémisme violent.

Femmes et jeunes, respectivement 52% et 66% de la population ouest-africaine

En effet, en raison de la forte proportion des femmes et des jeunes, respectivement 52% et 66% de la population ouest-africaine, ainsi que de leur vulnérabilité croissante et de leur implication dans des crimes financiers et transfrontaliers, le GIABA et le CCDG ont décidé de coordonner leurs efforts afin de créer une synergie et une convergence dans la prise en compte des dimensions genre et jeunesse pour une lutte efficace contre les crimes financiers et leurs ramifications.

Au cours de la rencontre d’Accra, les échanges seront marqués par des présentations sur les questions d’actualité liées aux crimes financiers et aux problèmes connexes, avec un accent particulier sur le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme, de même que sur la dimension genre et jeunesse desdits phénomènes.

Les résultats attendus de cette rencontre seront entre autres : l’élaboration d’un plan d’action régional sur la composante genre et jeunesse de lutte contre les crimes financiers transfrontaliers en Afrique de l’Ouest ; la mise en place d’un cadre pour un partenariat régional durable sur le genre, la jeunesse et la lutte contre la criminalité financière transfrontalière en Afrique de l’Ouest.

Il y aura également la création d’un réseau de praticiens de lutte contre les crimes financiers, le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme avec une perspective genre.

Momar Diack SECK
à lire

Autres Articles