CEDEAO Vers le renforcement avec l’intégration des normes internationales de maintien de la Paix

La CEDEAO est en voie de renforcer l’intégration régionale en adhérant aux normes internationalement acceptables dans son mandat de maintien de la paix et de la sécurité régionale, grâce à l’incorporation des lois humanitaires internationales et les lois internationales des droits humains dans la formation et les opérations de la Force-FSE attente de la CEDEAO.

L’atelier de cinq jours qui a été conclu le 21 Octobre 2016 à Abuja, au Nigeria, dont a été témoin le personnel militaire des États membres vise à renforcer leurs capacités  dans le DIH et le DIDH et de se familiariser avec les concepts juridiques importants qui sont essentiels à la planification des différentes opérations militaires.

Le Commissaire de la CEDEAO pour les Affaires politiques, maintien de la paix et de la sécurité, Mme Halima Ahmed, qui était représentée par le colonel Major Seidou Maiga Morou, le chef d’état-major du FSE à la clôture de l’atelier a exhorté les participants à faire en sorte que les forces régionales de capacité sont construites grâce à ce exercice.

Les participants ont été familiarisés avec l’ensemble des règles spécifiquement conçues pour régler des problèmes humanitaires découlant directement des conflits armés (DIH) et les lois internationales des droits de l’homme, qui sont des droits et libertés consacrés par l’Etat.

En outre, ils se sont familiarisés aux rôle et principes directeurs de l’armée dans l’application de la loi. A cette fin, les membres de l’armée des Etats membres de la CEDEAO ont été invités à veiller à assurer que l’utilisation de la force dans l’application de la loi devrait être proportionnelle, juridique, responsable et de P.L.A.N. Necessity-

En outre, l’atelier a éclairé les participants sur les principes fondamentaux de la protection des civils dans la conduite des hostilités. L’utilisation de la famine comme méthode de guerre, l’utilisation de civils comme boucliers humains, le pillage, la destruction des installations et des infrastructures essentielles pour la survie, ainsi que les actes de terrorisme tels que des bombardements aveugles ou le bombardement des villes sont toutes interdites par le DIH.

Afin de mieux comprendre les lois des conflits armés et d’améliorer sa conformité les participants ont pris part à une carte simulée de déploiement des exercices, qui a pris en compte l’intégration de la loi dans la planification de la mission, les règles d’engagement (RoE), le traitement des prisonniers de guerre (PdT) et la protection des civils (PoC) pendant les conflits armés.

 

La Force de la CEDEAO est une force régionale multidimensionnelle composée de militaires promus par les États membres. Il a avant tout un mandat maintien de la paix, l’intervention à l’appui de la catastrophe humanitaire et l’application des sanctions dans la région.

Momar Diack SECK
à lire

Autres Articles