CEDEAO : réunis au Burkina Faso, les dirigeants déterminés à éliminer le terrorisme dans la région

L’Autorité des chefs d’État et de gouvernement de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a tenu une session extraordinaire sur le terrorisme dans la région, hier 14 septembre 2019 à Ouagadougou, au Burkina Faso.

Selon le compte-rendu de cette réunion, La session extraordinaire qui visait à examiner les différentes initiatives prises pour prévenir et combattre le terrorisme et redéfinir les domaines prioritaires est conforme à la décision prise lors de la 55ème session ordinaire de l’Autorité qui s’est tenue à Abuja (Nigeria) le 29 juin 2019.

Dans son discours de bienvenue, H.E. Roch Marc Christian Kaboré, Président du Burkina Faso, a souligné que face à la menace croissante du terrorisme dans la région, la coopération et la solidarité entre les États sont devenues indispensables.

« C’est pourquoi nos États doivent mettre en commun leurs ressources humaines, matérielles et de renseignement, équiper et former nos forces de défense et de sécurité afin de renforcer leurs capacités opérationnelles de lutte contre ce fléau en Afrique de l’Ouest », a-t-il déclaré.

Jean-Claude Kassi Brou, président de la Commission de la CEDEAO, tout en soulignant l’impact considérable du terrorisme sur les activités économiques dans la région et la peur qu’il suscite parmi les citoyens de la communauté, a souligné que le Sommet extraordinaire constituait une occasion de réaffirmer l’engagement de la CEDEAO, pour éliminer collectivement le terrorisme de la région et réévaluer la stratégie régionale de lutte contre le terrorisme.

Dans son discours d’ouverture, H.E. Issoufou Mahamadou, président de la République du Niger et président de l’autorité des chefs d’État et de gouvernement des États de la CEDEAO, a souligné que la session extraordinaire sur le terrorisme avait été convoquée, car elle menaçait désormais la paix, la sécurité et la stabilité dans la région et menaçait les institutions démocratiques et développement économique.

«La menace des organisations terroristes et criminelles a pris une dimension stratégique car elle vise plus ou moins à remettre en cause l’existence de nos États et territoires dans leur forme actuelle», a-t-il déclaré.

C’est la raison pour laquelle, selon le président Issoufou, la Région doit définir comme objectifs politiques la sauvegarde de la souveraineté territoriale et de l’intégrité des États Membres, la sauvegarde des institutions démocratiques régionales et la sécurité de tous les citoyens, ainsi que la protection de leurs biens.

Toujours dans le cadre de la cérémonie d’ouverture, les représentants des États et organisations partenaires suivants ont adressé des messages de bonne volonté: Président de l’Union africaine (UA), Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel (UNOWAS), Algérie, Gouvernement fédéral République d’Allemagne, Royaume du Maroc, Émirats arabes unis, États-Unis d’Amérique, France et Union européenne

Momar Diack SECK
à lire

Autres Articles