CEDEAO : mesures prises pour promouvoir la libre circulation des personnes, des biens et services, mais aussi réduire la menace de la traite des personnes

La Commission de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a annoncé avoir pris des mesures pour promouvoir la libre circulation des personnes, des biens et des services, ainsi que pour réduire la menace de la traite des personnes dans la région par le biais de la sensibilisation et la sensibilisation des citoyens de la communauté sur la carte d’identité biométrique nationale (ENBIC) de la CEDEAO.

La délégation de la Commission de la CEDEAO, en collaboration avec l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), le Service d’immigration du Nigéria (NIS) et l’Agence nationale nigériane pour l’interdiction de la traite des êtres humains (NAPTIP) ont fait appel à des services répressifs et à des citoyens du Nigéria, au Bénin et le Togo dans une campagne de plaidoyer et de sensibilisation de quatre jours qui s’est terminée le 26 avril 2019

Le communiqué issu de cette rencontre renseigne que l’exercice comprenait des tables rondes avec l’Association des employeurs du secteur des transports routiers du Nigéria, dans l’État de Mile 2, à Lagos, des échanges avec des transporteurs et des conducteurs sur le parc automobile Jonquet à Cotonou, ainsi que l’engagement des forces de l’ordre et des citoyens des zones frontalières de Seme-Krake, frontière (Nigéria-Bénin) et la frontière Hilla-Condji (Bénin-Togo).

Tei Konzi, commissaire chargé du commerce, des douanes et de la libre circulation de la Commission de la CEDEAO, a déclaré lors de l’exercice de sensibilisation qu’ENBIC servirait à améliorer l’architecture de sécurité de la région et à atténuer les problèmes posés par la migration irrégulière en Afrique de l’Ouest.

Le commissaire Konzi a souligné que l’ENBIC permettrait aux citoyens de la Communauté de traverser la région plus facilement et d’améliorer également la gestion des données des États membres de la CEDEAO.

De son côté, le chef de mission de l’OIM au Nigéria, Frantz Celestin, a ajouté que le réseau ENBIC permettra non seulement aux citoyens de la communauté de traverser la frontière indemnes, mais augmentera également la capacité des forces de l’ordre de répondre efficacement aux besoins des migrants et de développer et maintenir des systèmes de patrouille puissants. .

Le Commissaire aux affaires sociales et au genre de la Commission, Siga Fatima Jagne, a dirigé les débats sur la traite des personnes et a souligné que les vastes avantages et le caractère unique de l’espace de libre circulation de la CEDEAO ne devraient pas être entachés par les actes pervers des trafiquants d’êtres humains. «Alors que la traite des êtres humains peut être interne, la traite transfrontalière des êtres humains suit les schémas migratoires», a-t-elle déclaré.

C’est ainsi que M. Jagne a également appelé à une collaboration transfrontalière pour lutter contre la traite des êtres humains dans le contexte plus large des mouvements de migration mixte.

L’ENBIC, qui a été approuvé par les chefs d’État et de gouvernement de la CEDEAO en 2014 pour remplacer le certificat de voyage de la CEDEAO, a jusqu’à présent été déployé au Ghana, au Sénégal et en Guinée-Bissau. Le Nigéria et le Bénin suivront bientôt.

Momar Diack SECK
à lire

Autres Articles