CEDEAO : des experts élaborent une politique régionale de l’industrie automobile

Des experts et des représentants des ministères de l’industrie des États membres de la CEDEAO ont entamé une réunion de deux jours le 24 octobre 2018 à Abuja, au Nigéria, dans le but de valider le cadre stratégique de l’industrie automobile de la CEDEAO.

Selon le communiqué, le cadre politique de l’industrie automobile de la CEDEAO vise à stimuler l’industrie automobile de la région en renforçant les capacités des États Membres dans les domaines de l’assemblage, de la production et de la commercialisation des véhicules.

C’est dans ce cadre que Mamadou Traoré, membre de la Commission de la CEDEAO chargé de la Promotion du secteur privé et de la promotion du secteur privé, a déclaré que le développement de la politique de l’industrie automobile pour la région découlait de la décision prise par les ministres de l’Industrie de la CEDEAO.

Le commissaire a cité le développement de l’industrie automobile au Nigéria comme un exemple de l’impact que l’industrie peut avoir sur la région en créant des emplois pour les jeunes, en réduisant la pauvreté et en améliorant son économie.

« Hormis le Nigéria qui a élaboré un plan national de développement de l’industrie automobile dans le cadre de sa politique industrielle, d’autres États membres de la CEDEAO importent toujours des véhicules et très peu d’entre eux assemblent des camions », a-t-il déclaré.

C’est pour cette raison que le commissaire Traoré a recommandé la création d’un système régional de production de véhicules automobiles caractérisé par un degré élevé d’intégration et d’interdépendance régionales.

Selon toujours le communiqué, en tant que représentant de la Banque africaine de développement, M. Anthony Simpasa a déclaré que la banque soutenait la politique de l’industrie automobile de la CEDEAO par le biais du Fonds de coopération économique Corée-Afrique.

Simpasa a souligné l’importance de cette politique, essentielle aux objectifs «Industrialiser l’Afrique» et «Intégrer l’Afrique» de la banque. «Le projet proposé s’intègre également dans sa politique et sa stratégie d’intégration régionale en créant des chaînes de valeur régionales, en stimulant l’industrialisation et la compétitivité en Afrique», a-t-il déclaré.

Le cadre politique révisé de l’industrie automobile de la CEDEAO sera soumis aux ministres des industries des États membres de la CEDEAO avant d’être transmis à l’approbation des chefs d’État et de gouvernement.

Momar Diack SECK
à lire

Autres Articles