CEDEAO : Des experts des Sciences, de la Technologie et de l’Innovation en réunion au Bénin

Les experts en sciences, technologie et innovation (STI) de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) ont commencé leur réunion sur la voie à suivre pour l’avancement de la région, le 5 décembre 2018 à Cotonou, République du Bénin.

S’adressant aux délégués et aux participants à l’ouverture de la réunion, le professeur Leopoldo Amado, commissaire chargé de l’éducation, de la science et de la culture à la Commission de la CEDEAO, a déclaré qu’en s’engageant concrètement en faveur de l’intégration et du développement, dans le cadre de sa vision 2020, la Commission était à l’avant-garde de la construction d’une union économique, monétaire et commerciale.

Le thème de la réunion est le suivant: Insister sur les STI pour la transformation structurelle des économies des États membres de la CEDEAO d’ici 2023.

Grâce aux mesures appropriées en matière de STI, la Commission renforcera également la sécurité régionale, consolidera la paix et la démocratie, favorisera le développement durable et engendrera la réduction de la pauvreté.

Il a affirmé que la CEDEAO considérait le développement de la science et de la technologie et la promotion de leur application innovante de manière intégrée avec d’autres secteurs du développement socio-économique et environnemental comme « essentiel pour réduire la pauvreté et accélérer l’industrialisation de la région ».

Le commissaire a souligné que la science est reconnue comme un secteur qui assure la fonction de cadres hautement qualifiés et que l’innovation « reste le moteur des sociétés capitalistes modernes dont les développements sont soumis à de nouveaux biens, de nouvelles techniques, de nouvelles connaissances et de nouvelles idées ».

La commissaire Amado a noté que ce thème nous invite non seulement à effectuer une évaluation physique des actions figurant dans le plan d’action ECOPOST, mais également à susciter l’intérêt positif de toutes les parties prenantes, à savoir la Commission de la CEDEAO, les États membres, les partenaires techniques et les finances, décider des actions prioritaires pour les cinq prochaines années.

Il a exhorté les participants à s’approprier tous les documents soumis pour adoption par les ministres. Déclarant la réunion ouverte plus tôt, la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique de la République du Bénin, Marie Odile Attanasso, a déclaré: «Ce n’est plus un secret pour personne que la recherche scientifique et l’innovation jouent un rôle important dans le décollage et le développement de notre région. nations  »

Selon elle, ce qui est maintenant nécessaire, c’est un plaidoyer approprié pour obtenir plus de soutien, ce qui permet de mieux comprendre la nécessité d’augmenter les budgets alloués à cet important secteur. Le ministre a énuméré certains des projets phares à cet égard, notamment la création de la Ville internationale de l’innovation et du savoir (CIIS) ou SEME CITY et la création de l’Agence béninoise de recherche et d’innovation (ABRI).

Dans un message de bonne volonté, le directeur régional de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), M. Yao Ydo, a déclaré que la science, la technologie et l’innovation (STI) sont reconnues comme des déterminants essentiels du développement durable et de la réalisation du 17 Objectifs de développement (ODD) à l’horizon 2030.

Mais Ydo, qui était représenté par le Dr Osuji Otu, a affirmé qu’il ne serait possible d’exploiter les avantages des STI que pour créer des systèmes robustes de lutte contre les IST et des cadres politiques appropriés.

À cet égard, il a noté que la formulation, le suivi et la mise en œuvre des politiques pertinentes en matière de STI étaient indispensables pour relever des défis majeurs tels que l’éradication de la pauvreté, la sécurité alimentaire, le changement climatique, l’accès à l’énergie, l’éradication des maladies endémiques, la gestion et la préservation de l’environnement.

Il a révélé que l’UNESCO continuerait à travailler avec des experts en STI et à fournir des avis techniques, des méthodologies et des orientations aux États membres de la CEDEAO sur la conception, le suivi et la mise en œuvre de politiques de STI faisant partie intégrante de leurs politiques et plans de développement nationaux.

Momar Diack SECK
à lire

Autres Articles