Ce qu’il faudra retenir des 10 ans de Donald Kabéruka à la tête de la BAD

En cinquante ans d’existence (1964-2014), le management stratégique de la Banque africaine de développement (BAD) aura été marqué par «3 R». La Restructuration (1982), la Rénovation (1995) et la Refondation (2008)

Et le Président Kaberuka est l’homme de la Refondation. Et lorsque le Rwandais Donald Kaberuka fut élu Président de la BAD en 2005 avec 87 % des voix, personne n’avait pensé qu’il  allait faire aussi bien que son prédécesseur Omar Kabbaj.

Avec  le président Kaberuka,  la Bad a connu en  dix ans du succès dans ses choix stratégiques : gestion axée sur les résultats, focus sur les infrastructures structurantes sous-régionales, appui au secteur privé en Afrique).

La BAD sous Kaberuka, a réagi énergiquement face aux crises (économique et financière de 2008) et a su bien se positionner par rapport à l’avenir (attractivité et maturité).

Malgré la crise financière de 2008 et la récession économique depuis 2009, la BAD est demeurée très solide. Sa bonne santé financière (un capital de 9 milliards USD entièrement souscrit et libéré) et sa capacité à supporter les chocs (résilience) auront valu également à la BAD, de conserver sa note «triple A», obtenue depuis 2005. Le président Donald  Kabéruka aura réussi sur ses deux mandats (10 ans), à transformer  et à refonder la BAD, à travers la « remise à plat » de ses structures, de ses méthodes, de ses mécanismes d’approbation et de contrôle. Ce qui a fait de la BAD une banque plus efficace et avec un plus grand impact dans la transformation du continent.

Autre innovation majeure à mettre à l’actif du management stratégique du président Kaberuka et à la quelle son successeur, le Président Akinwumi Adesina devra veiller, c’est la communication de la banque.

Avec le président Kabéruka, jamais une banque (de développement), une institution panafricaine, n’a été aussi communicante que la BAD, avec un site web qui est passé d’une gestion statique à une gestion dynamique et fonctionnelle. Réduisant du coup, l’asymétrie dans l’information économique et renforçant de facto, les valeurs de la BAD: transparence, intégrité, esprit d’équipe, excellence et professionnalisme.Un management stratégique qui  a permis à la BAD d’évoluer et de progresser.

A travers le Plan Stratégique 2013-2020 dont les trépieds sont les Infrastructures, le Secteur privé, l’Intégration économique, le Capital humain et le soutient aux Etats fragiles, le Président Kaberuka, a mis sur orbite la BAD. Nul doute, au vu de ce qu’Adesina a réussi (l’autosuffisance en riz) au Nigéria sur le plan de l’Agriculture dans un pays où dans les imaginaires collectifs, seul le pétrole compte, le Président Akinwumi Adesina sera, à n’en pas douter,  le Président-Transformateur de la BAD.

Président Donald Kabéruka, merci d’avoir compris qu’être à la tête de la BAD n’est pas un emploi mais une mission. Et vous avez agi en Commando. Merci ‘’Do’’, pour tout ce que tu as eu à faire pour l’Afrique de 2005 à 2015. L’Afrique reconnaissante.

 

Siré SY, CEO Africa WorldWide Group

www.africaworldwidegroup.com

Fara Michel DIEYE

Rédacteur

Fara Michel DIEYE

Co-fondateur du site Lactuacho.com, Fara Michel DIEYE jouit de plus de 18 années d’exercice dans la profession du journalisme et de la communication. Il a été notamment Rédacteur en chef du site d’information Dakaractu.com et de l’hebdomadaire Espace Magazine, et Directeur de la Rédaction du Quotidien Rewmi et de l’hebdomadaire économique Ecofi. En savoir plus >>

à lire

Autres Articles