Campagne présidentielle au Brésil : la caravane du candidat Lula touchée par des tirs

L’attaque a eu lieu dans le sud du pays, où Luiz Inácio Lula da Silva termine sa campagne pour la présidentielle d’octobre.

Mardi 27 mars, la caravane électorale de l’ex-président brésilien Lula a été touchée par des tirs, a affirmé la présidente du Parti des travailleurs (PT), Gleisi Hoffmann. Selon un sénateur du parti, il n’y a pas eu de blessé. Les auteurs des tirs « avaient l’intention d’atteindre des personnes qui se trouvaient à l’intérieur » des autocars. « Il y a eu tentative d’homicide » et « nous sommes en train de déterminer s’il y a eu tentative d’atteindre le président Lula », a-t-elle ajouté.

L’attaque a eu lieu dans le sud du pays, où Luiz Inácio Lula da Silva termine sa campagne pour la présidentielle d’octobre, entre les villes de Quedas do Iguaçu et de Laranjeiras do Sul, dans l’État de Parana. Deux tirs ont touché l’un des trois autocars de la caravane qui transportait des journalistes, et un tir a atteint un autre autocar où avaient pris place des invités, a précisé à l’AFP Gleisi Hoffmann. « Personne n’a été blessé », a précisé auparavant le sénateur Lindbergh Farias, du PT.

En tête des sondages malgré des incertitudes suite à sa condamnation

« Notre caravane est attaquée par des groupes fascistes. Ils avaient déjà lancé des œufs et des pierres. Et aujourd’hui, ils ont tiré contre un autocar », a écrit sur son compte Twitter Luiz Inácio Lula da Silva, président de 2003 à 2010, qui est en tête des sondages malgré les incertitudes qui planent sur sa campagne en raison d’une condamnation pour corruption passive et blanchiment.

L’autocar de Lula avait déjà été attaqué dimanche à coups d’œufs et de pierres dans le sud du pays, selon son équipe de campagne. Des manifestants avaient également lancé des œufs depuis un immeuble voisin en direction de l’ex-président alors qu’il prononçait une allocution sur une estrade dans la ville de São Miguel do Oeste (Sud), selon des images diffusées par son équipe sur les réseaux sociaux.

Source lepoint.fr

Pape Ismaïla CAMARA
à lire

Autres Articles