CAMPAGNE AGRICOLE 2018-2019 : Des productions records attendues

La mission conjointe Cilss, Fao, Pam, Fewsnet, gouvernement, ont publié hier le rapport prévisionnel 2018-2019 de la campagne agricole. À cet effet, des productions records sont attendues pour cette année dans tout le Sénégal. Des recommandations ont été tenues pour maintenir le cap dans le secteur.

La mission chargée de valider les statistiques agricoles pour la campagne 2018-2019, dirigée par Al Khalil Adoum, du Comité inter-État de lutte contre la sécheresse au Sahel (Cilss) de Tchad, a publié hier le rapport de la production agricole. Cette mission conjointe d’évaluation préliminaire qui s’est déroulée du 30 octobre au 06 novembre 2018, a permis de noter des records de production sur certaines spéculations. Elle a pour objectif d’étudier la situation et le déroulement de la campagne agricole de 2018-2019. Et a rencontré les services nationaux concernés par le suivi de la campagne agricole. Elle a analysé la méthodologie de collecte des statistiques agricoles, la situation pluviométrique, hydrologique, la situation des cultures, phytosanitaire, la situation pastorale entre autres. Pour la méthodologie, la mission rappelle qu’elle est commune aux 15 pays de la Cedeao, plus le Tchad et la Mauritanie et elle confirme sa bonne utilisation par le Sénégal. Pour la situation pluviométrique, l’analyse a fait ressortir un début d’hivernage difficile caractérisé par des pauses pluviométriques très longues par endroits entre juillet et première décade du mois août, mais également une bonne pluviométrie de la dernière décade du mois d’août, jusqu’à la deuxième décade du mois d’octobre. Pour faire face à ce début d’hivernage difficile, le gouvernement a mis en place un programme d’adaptation portant sur cinq spéculations à cycle court (niébé, sésame et pastèque, sorgho et maïs). L’effet combiné du programme agricole régulier, du programme d’adaptation et la bonne pluviométrie qui a caractérisé la deuxième moitié de la campagne ont permis d’avoir de très bonnes récoltes pour l’ensemble des spéculations. Pour cette campagne, le rapport relève des résultats prévisionnels assez intéressants. Il s’agit de la production céréalière qui est estimée à 2 732 109 tonnes soit une hausse de 9 %par rapport à 2017 et une hausse de 47 % par rapport à la moyenne des cinq dernières années. Concernant la production céréalière, le riz a connu une production de 1 132 795 tonnes soit une augmentation de 12 % par rapport à la campagne agricole de 2017-2018 et une hausse de 47 % par rapport à la moyenne des cinq dernières années. Pour le mil, la production est de 827 601 tonnes soit une baisse de 5 % par rapport à la campagne 2017-2018 et une hausse de 29 % par rapport à la moyenne des cinq dernières années. Pour le sorgho, la production est de 291 171 tonnes soit une hausse de 35 % par rapport à la saison agricole écoulée et une hausse de 88 % par rapport à la moyenne des cinq dernières années. Le fonio, par ailleurs, a connu une production est de 3 921 tonnes soit une hausse de 2 % par rapport à 2017-2018, et une hausse de 22 % par rapport à la moyenne des cinq dernières année. Pour le maïs la production passe à 476 621 tonnes soit une hausse de 16 % et une hausse de 63 % par rapport à la moyenne des cinq dernières années. La production d’arachide qui est de 1 432 086 tonnes soit une hausse de 2 %, poursuit son bonhomme de chemin par rapport à la campagne précédente et a connu une hausse de 49 % par rapport à la moyenne de ces cinq années passées. Pour le niébé, sa production est de 151 055 tonnes soit une hausse de 39 % par rapport à la campagne écoulée et une hausse de 92 % par rapport à la moyenne des cinq dernières années. La production de sésame qui est de 18 552 tonnes soit une hausse 44 % par rapport à la dernière campagne, a connu une hausse de 100 % par rapport à la moyenne des cinq dernières années. La production de manioc est passée à 1 022 802 tonnes soit une hausse de 37 % par rapport à la saison agricole écoulée et une hausse de 123 % par rapport au cinq dernières années. Pour le coton qui a connu une baisse de 4% pour cette année, sa production est de 19 224 tonnes et une baisse de 13 % par rapport la moyenne quinquennale dernière. La production de pastèque a connu une hausse 47 % pour une production de 1 174 416 tonnes soit une hausse de 387 % par rapport à la moyenne des cinq dernières années. La production horticole n’est pas du reste. Elle a connu une hausse de 8 % pour une production de 1 423 250 tonnes soit une hausse de 27 %. La pomme de terre est de 140 000 tonnes soit une hausse de 17, 86 % par rapport à la campagne précédente et une hausse de 116,64 % par rapport à la moyenne des cinq dernières années. La production d’oignon est de 428 615 tonnes soit une hausse de 7 % par rapport à la campagne 2017-2018 et une hausse de 23 % par rapport à la moyenne. Pour l’horticulture, tous produits confondus, le volume total des produits exportés s’élève à 114 437 tonnes en 2017-2018 contre 106 200 tonnes en 2016-2017 soit un accroissement de 8 %.

Saër DIAL

Rédacteur

Saër DIAL

à lire

Autres Articles