Cameroun : une alerte sur des risques d’attentats terroristes sécessionnistes fuitée sur les réseaux

Le ministre camerounais délégué à la Défense, Joseph Beti Assomo, a alerté par écrit le chef d’état-major des armées, le général René Claude Meka, sur «de nombreuses sources concordantes et généralement fiables», faisant état «avec insistance», de la «présence de nombreux terroristes sécessionnistes » à Yaoundé.

Ces individus seraient, selon la correspondance,  tapis dans des domiciles de certains quartiers de la capitale tels que Obili, Biyem-Assi, Etoung-Ebe, et leurs environs» qui abritent une forte communauté de ressortissant des régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

Selon ce message qui a fini par fuiter dans les réseaux sociaux, lesdits séparatistes ont «pour objectif de commettre des actions d’éclat sur des cibles à forte valeur ajoutée et certains points sensibles de la capitale politique, les 1er et 7 octobre 2018 respectivement».

Ces dates correspondent à la naissance (1961) de la République fédérale du Cameroun suite à la réunification du Cameroun français et du Southern Cameroon britannique, et à la prochaine élection présidentielle.

Invitant l’armée à redoubler de vigilance, Joseph Beti Assomo instruit René Claude Meka de prendre toutes les diligences nécessaires pour préciser les soupçons de présence dans la ville d’activistes sécessionnistes, «et le cas échéant prendre des mesures appropriées pour débusquer et mettre hors d’état de nuire ces terroristes ainsi que leurs éventuels complices».

Cette alerte intervient au moment où une forte présence des forces de défense et de sécurité est observée dans les endroits sensibles de Yaoundé, avec dès la nuit tombée des patrouilles de contrôle des pièces d’identité et la fouille des véhicules.

Source APA

Momar Diack SECK
à lire

Autres Articles