Cameroun: Le tourisme à la quête frénétique de nouvelles infrastructures

Des infrastructures viennent pour la plupart renforcer le potentiel du pays des Lions Indomptables qui s’apprête à abriter de grands événements internationaux comme la CAN de football en 2019. Sites touristiques et projets de développement, ces initiatives visent surtout à diversifier l’offre touristique de ce pays d’Afrique central.

“Le Cameroun, une destination touristique à l’horizon 2020”: c’est le titre d’un article paru il y a quelques mois dans le blog de la plateforme Jumia Travel. L’article mettait alors en lumière, les différents engagements que le gouvernement de Paul Biya ainsi que des partenaires privés, prenaient pour densifier l’offre touristique du Cameroun. On parlait alors de nombreuses initiatives prévues dans plusieurs parties du pays, notamment dans les régions du Littoral et du Sud-ouest.

Au coeur de ce développement infrastructurel, figurent 03 (trois)  projets de grande envergure: le centre multifonctionnel de Yôyo, le centre touristique de Douala et le monument de la mère de l’humanité de Kribi. Le lancement de cette dynamique aura lieu à la fin de cette année avec le début des travaux du centre touristique de Douala.

Le centre multifonctionnel de Yôyo

La plage de Yôyo a pendant longtemps été l’attraction des touristes qui n’hésitaient pas malgré l’état de la route et l’absence d’activités commerciales dans la zone, à mener des activités de loisirs. Mais depuis quelques temps pour ne pas dire années, la plage perd de sa valeur et de son essence.

Le site est pratiquement abandonné et ceci devant le regard des populations qui se sentent impuissantes. Les routes qui étaient déjà en mauvais état, continuent de se dégrader; ainsi que le site qui commence à prendre des rides. Cette situation contribue au ralentissement des activités dans la zone puisque rare sont les personnes qui font encore le déplacement vers ce lieu.

Plusieurs projets avaient pourtant été annoncés pour la réhabilitation de ce site. Le gouvernement a entrepris il y a quelques années d’y installer le premier centre multifonctionnel du pays pour aider au développement de toute cette localité de la sanaga maritime.

Ce centre qui est en réalité un complexe balnéaire, devrait constituer une manne pour le développement économique et touristique de la zone. Le ministre de l’économie, de la planification et de l’aménagement du territoire, par ailleurs chef de projet, parlait d’un site de plusieurs milliards de Fcfa. En plus du bitumage de la route principale, le projet inclue la construction de quatre-vingt hôtels de classe internationale, un aéroport,  deux universités,  deux hôpitaux, des écoles et des entreprises de cinéma sur une superficie de 10 000 hectares.

L’on annonce alors pour ce projet, la création de 250 000 emplois jeunes. Même si aucune date n’a encore été avancée par le maître d’ouvrage, nous gardonc bon espoir qu’un jour ce site tant attendu verra le jour pour le bonheur aussi bien des populations que du secteur tout entier.

Le centre touristique de Douala

Le Fonds d’investissements britannique Actis annonce le lancement, dès le mois de novembre 2017, des travaux de construction d’un centre touristique dans la ville de Douala, la capitale économique camerounaise. Ce projet qui intègre un hôtel cinq étoiles, une salle de cinéma et des galeries marchandes, coûtera 80 milliards de francs Cfa.

Ces informations ont été révélées au cours de la signature d’une convention entre les représentants locaux de ce fonds d’investissements et les responsables de l’Agence de promotion des investissements (API) du Cameroun, lequel organisme étatique contribuera à apporter des facilités fiscalo-douanières dans la réalisation de ce projet touristique.

Avec ce nouvel investissement, le secteur touristique camerounais prendra encore du volume et connaitre certainement une bonne croissance dans les prochaines années.

Le monument de la mère de l’humanité

Le monument de la mère de l’Humanité sera érigé au Cameroun, dans la cité balnéaire de Kribi. Le pays a été retenu par l’association ARK Jammers Connection, porteuse de ce projet baptisé « Mother of Humanity Monument ». Le Cameroun était en compétition avec d’autres pays africains, notamment le Maroc, la Tanzanie, le Nigeria et le Ghana.

Le projet de monument prévoit la construction d’un édifice géant en bronze, sur 80 hectares et 95 mètres de hauteur et comprendra 29 étages. L’autre volet est la construction, dans chacun des 54 Etats africains, d’une maison de la culture. Le coût global est estimé à quelques 200 millions $, soit environ 100 milliards FCfa.

Les fonds viendront des dons collectés aux Etats-Unis auprès des célébrités américaines du cinéma, de la télévision, des milieux d’affaires et de la politique. « Ce monument représente un cadeau que le peuple américain a voulu offrir aux Africains, en guise de remerciements pour ce que l’Afrique apporte comme contribution à la construction du monde », a dit Aveline Ava, d’origine camerounaise, présidente d’ARK Jammers Connection, une association de droit américain.

Pour le Cameroun, ce monument sera un site touristique et la confirmation du pays dans son statut « d’Afrique en miniature », avait expliqué le ministre de la Communication, Issa Tchiroma Bakary lorsqu’il annonçait la présélection du Cameroun.

Simon Mbelek

Public Relations Manager

Jumia Travel

webmaster

Rédacteur

webmaster

à lire

Autres Articles