Californie la piste terroriste envisagée, mais sans preuve sérieuse, dans la massacre de San Bernardino

Le FBI a annoncé vendredi qu’il étudiait le massacre de la semaine dernière comme un acte de terrorisme, mais son directeur a dit qu’il n’y a aucune indication prouvant que le mari et la femme qui ont tué 14 personnes faisaient partie d’un complot ou sont  membres d’une cellule terroriste.

Si l’enquête confirme que le massacre a été inspiré par l’extrémisme islamique, ce serait la plus meurtrière  attaque terroriste sur le sol américain depuis le 11 septembre 2001.

Alors que les autorités ne citent aucune preuve spécifique qui les a conduites à la mise au point relative au terrorisme, un responsable fédéral  américain a révélé que la femme, Tashfeen Malik, avait sur Facebook affirmé son allégeance au groupe Etat islamique et son chef.

Un usager  de Facebook a déclaré Malik a glorifié l’Etat islamique dans un post à 11 h le mercredi,  au moment le couple avait pris d’assaut un centre de service social de San Bernardino et ouvert  le feu.

Malik et son mari, Syed Farook, sont morts dans la fusillade nourrie avec les forces de l’ordre, plusieurs heures après leur assaut style commando sur un rassemblement du centre social de Farook, du département de santé de San Bernardino County.

Le directeur du FBI James Comey ne voulait pas se prononcer sur  une éventuelle affiliation à État islamique et une communication avec Malik. Et il a indiqué qu’il n’y avait pas encore d’indication pouvant établir que le complot a été réalisé par tout autre groupe terroriste étranger. Il a également refusé de se prononcer sur cette possibilité.

Malgré des signes de  radicalisation du couple, il  » y a beaucoup de preuves qui ne vont pas dans ce sens », a déclaré Comey  soulignant le fait que l’enquête ne date que de deux jours.

Les avocats représentant la famille de Farook ont exhorté le public et les médias à attendre des preuves spécifiques avant de verser à des conclusions hâtives. Ils ont dit qu’aucun de ses parents n’avait  des indications montrant que Farook ou sa femme avaient des vues extrémistes.

Le responsable américain qui avait révélé le post de Facebook n’a pas été autorisé à discuter de l’affaire publiquement et a parlé sous le couvert de l’anonymat.

Farook, un citoyen américain,  a grandi en Californie du Sud, et Malik avait un logement à proximité de Redlands où les enquêteurs ont dit avoir trouvé un arsenal de munitions et de bombes artisanales.

Le vendredi matin, le propriétaire de l’établissement a permis aux journalistes d’accéder à l’intérieur. Les journalistes ont vu une scène surréaliste.

Entre-temps, les analystes ont essayé de récupérer des données provenant de deux téléphones portables trouvés à proximité, écrasés dans une tentative apparente de détruire une information privilégiée. « Nous espérons que cela nous mènera à leur motivation, » dit-il.

Jusqu’à vendredi, les responsables des lois fédérales et locales ont déclaré que le terrorisme était une possibilité, mais que la violence aurait pu découler de la rancune née en son milieu de travail.

Les avocats de la famille de Farook ont encore exhorté le public à ne pas porter de jugements hâtifs.

Lactuacho.com avec whdh.com

Momar Diack SECK
à lire

Autres Articles