Business autour des stations d’essence, gares routières, ronds-points : De petites activités aux intéressants revenus

Aujourd’hui la vente de nuit commence à prendre de l’ampleur. Les vendeurs de chaussures étalent leurs marchandises sur des zones stratégiques comme les ronds-points pour écouler leurs produits. Au même moment aux abords des stations d’essence et garage de « clando », les vendeurs de portables prennent d’assaut les lieux.

Ils vendent jusqu’à des heures tardives de la nuit. Ces petites activités économiques qui occupent beaucoup de jeunes, génèrent des revenus pas négligeables pour ces derniers.

Il est 21 heures, le garage des « clando » et des taxis, situé à quelques encablures du rond-point « Case-bi » des Parcelles Assainies, est pris d’assaut par les clients venus acheter des portages ou procéder à des échanges de produits.

Ici on y vend du tout durant la nuit, des portables, des tablettes, des montres, des mini-ordinateurs, presque du tout.

« Vraiment, ici le commerce de portable marche à merveille. Tous les vendeurs se retrouvent ici à partir de 20 heures pour proposer leurs marchandises. J’avoue que c’est une activité qui génère beaucoup de revenus. Beaucoup de clients viennent pour échanger leur portable  moyennant une somme d’argent. D’autres viennent pour acheter du matériel, on n’y vend du tout ici », martèle  Mor Diène, vendeur de portable.

Ici, chaque jour à pareille heure, les gens envahissent les lieux pour y mener leurs activités.

« Ici, on n’y vend du tout. Je viens d’échanger mon portable moyennant une somme de 15 000 F Cfa. La semaine dernière, j’ai acheté à 20 000 F CFA une tablette de seconde main qui fonctionne à merveille. Les vendeurs proposent des produits très bonne qualité aux clients », avance Ndéye Fatou Diop, une cliente  trouvée sur place.

D’autres personnes estiment que les produits proposés par les vendeurs, sont issus de vol.

« Le plus souvent, les produits qu’on vend ici, sont des marchandises volées. Et les vendeurs qui exercent ici, ils peuvent être considérés comme des receleurs parce qu’ils savent parfois que ce sont des objets volés. Parfois, lorsque la Police se pointe, ils prennent la fuite », explique un chauffeur de taxi.

Même son de cloche pour Mansour Sarr, un habitué des gargotes aux alentours du garage.

« Il y a des vendeurs qui vendent vraiment des produits qui ne sont pas volés mais, ils sont nombreux à revendre d’objets issus de vol. En tout cas, c’est un marché qui ne se tient que durant la nuit et il enregistre beaucoup de clients. Il y a même des hommes de tenus qui viennent ici pour acheter. Les vendeurs s’en sortent », dira Mansour Sarr.

Ces activités génèrent beaucoup d’argent pour ces jeunes qui n’ont aucune autre activité à exercer.

« Ces temps-ci le commerce marche à merveille, je peux me retrouver rien pour un seul jour avec 50 000 F CFA à la descente. Je vends du tout surtout les portables. Parfois des clients viennent pour échanger leur portable moyennant une somme symbolique », avance un jeune vendeur de portable.

Les ronds-points, zones d’exposition  des chaussures

Les vendeurs de chaussures étalent leurs marchandises sur les ronds-points pour attirer l’attention des usagers de la route.

« Nous avons choisi d’étaler nos marchandises sur le rond-point pour attirer les automobilistes qui sont nos gros clients. Nous parvenons à écouler nos produits. Ici, c’est le lieu de passage de milliers de personnes. Beaucoup de gens s’arrêter pour regarder et marchander pour acheter des chaussures. Parfois, on peut rester toute la nuit en ne vendant que deux paires de chaussures », souligne Pape Ngom, vendeur de chaussures.

Le choix du lieu d’implantation n’est pas gratuit parce qu’il constitue un lieu de passage des milliers d’automobilistes. Les vendeurs préfèrent attendre la nuit pour exposer leurs marchandises.

« Ces vendeurs proposent de bons produits. Je prends toujours le soin de m’arrêter pour 15 à 20 minutes pour contempler et acheter. Presque j’ai acheté toutes mes chaussures ici et à bas prix », avant un automobiliste.

Beaucoup de vendeurs de chaussures estiment que leurs activités marchent bien.

Saër Dial

 

 

Saër DIAL

Rédacteur

Saër DIAL

à lire

Autres Articles