Burundi l’UA va envoyer des experts militaires et des observateurs des droits de l’homme

L’Union africaine (UA) a décidé d’envoyer au Burundi des observateurs des droits de l’homme et des experts militaires, qui seront chargés de surveiller la situation politique dans ce pays d’Afrique de l’Est, a annoncé samedi la présidence sud-africaine.

« L’UA va déployer 100 observateurs des droits de l’homme et 100 experts militaires, pour surveiller la situation » au Burundi, selon un communiqué du président sud-africain Jacob Zuma, chef de la délégation envoyée par l’UA à Bujumbura, (jeudi et vendredi), pour lancer un « dialogue inclusif » entre l’opposition et le pouvoir.

L’annonce de cette décision est consécutive aux échanges que les facilitateurs du dialogue ont eus avec la société civile, les chefs religieux, l’opposition et le président burundais Pierre Nkurunziza.

L’UA « a exprimé son inquiétude face aux (…) pertes de vies humaines et à l’instabilité politique dans laquelle se trouve le Burundi ».

Les violences ont entraîné la mort de centaines de personnes et l’exil de milliers de Burundais, à la suite de la décision de M. Nkurunziza de briguer un nouveau mandat, en avril 2015.

Il s’est fait réélire en juillet dernier, lors d’un scrutin boycotté par l’opposition, qui considère sa candidature comme une violation de la Constitution.

La délégation de l’UA à Bujumbura comprenait, en plus de M. Zuma, ses homologues du Sénégal, Macky Sall, du Gabon, Ali Bongo Ondimba, de la Mauritanie, Mohamed Ould Abdel Aziz, et du Premier ministre éthiopien Hailemariam Desalegn.

Elle s’est rendue à Bujumbura après que l’Union africaine a renoncé, fin janvier dernier, à l’envoi au Burundi d’une force d’interposition africaine de cinq hommes.

Selon l’Union africaine, le président ougandais Yoweri Museveni, médiateur dans cette crise, « organisera un dialogue inclusif le plus tôt possible, auquel participeront tous les acteurs importants » de la politique burundaise.

Source APS

Dieyna SENE
à lire

Autres Articles