Blocage de la transgambienne, Yaya Jammeh ne digère toujours pas et interdit l’usage du basalte sénégalais

A ceux qui persistent à magnifier les relations fraternelles entre la Gambie et le Sénégal, le Président Yahya Jammeh a envoyé, il y a deux jours, un message clair. Il n’y a pas de place pour une idylle entre les deux pays et Jammeh qui s’est voulu clair a désormais décidé de prendre des mesures préventives visant à réduire les moyens de pression que pourrait utiliser le Sénégal contre la Gambie en cas de nouveau bras de fer aux frontières.


Le leader gambien a craché le morceau au moment de signer un contrat avec l’entrepreneur devant construire la route Laminkototo- Passimas. Une occasion pour Yahya Jammeh de se perdre dans quelques minutes de colère devant l’audience présente à la salle de conférence du palais présidentiel de Banjul.

Sa victime était toute trouvée : le Sénégal dont il a soigneusement évité de citer le nom. Pour autant, le leader gambien n’en n’avait pas besoin puisque son message ne laissait l’ombre d’aucun doute.

“Je vais construire cette route en utilisant du matériel local qui est de meilleure qualité que le matériel importé qui nous coûte cher en plus d’être utilisé comme moyen de chantage”, lance Jammeh qui prend de court son auditoire.

Le président gambien qui semblait vouloir saisir l’occasion pour faire passer un message ajoute : “Nous n’allons plus importer du basalte pour construire nos routes et les chantiers publics pour donner l’occasion à des gens de bloquer notre progrès la prochaine fois que nous aurons des problèmes aux frontières.”

Se tournant vers son ministre chargé des Infrastructures, Jammeh déclare : “Prends note, ce que je vais dire est une déclaration qui a force de directive. Assurez-vous avec les autres ministères et services que plus jamais un seul contrat ne soit donné aux entreprises qui vont importer du basalte pour construire nos routes et les édifices publics. Il ne faut plus donner des moyens à ces gens-là de nous tenir en laisse quand nous aurons des problèmes aux frontières. Il y a ici de la matière de meilleure qualité que le basalte et qui va donner la même durée de vie à nos réalisations.”

Il faut rappeler que les entreprises de BTP qui réalisent des chantiers en Gambie importent essentiellement du basalte et d’autres matériaux de construction au Sénégal. Or, le dernier bras de fer entre les chauffeurs sénégalais et l’Etat gambien sur les prix de la traversée du bac ont laissé de graves séquelles sur l’économie gambienne.

En effet, beaucoup de chantiers se sont retrouvés à l’arrêt avec comme conséquence des milliers de journaliers et de travailleurs brusquement envoyés au chômage. Et même si Jammeh ne veut plus du basalte du Sénégal, on attend de voir avec quel maté- riel de substitution le pont sur le fleuve Gambie sera construit. Car, l’entrepreneur qui construit ce pont est le même qui s’est engagé à construire la route dont parle Jammeh en faisant allusion au Sénégal.

Source Enquêteplus.com

Pape Ismaïla CAMARA
à lire

Autres Articles