Bassin arachidier du Sénégal : la Banque mondiale accorde un prêt de plus de 73 milliards FCFA pour améliorer l’accès à l’eau et à l’assainissement

La Banque mondiale a approuvé le 22 juin dernier un crédit de l’Association internationale de développement (IDA) de 107.5 millions d’Euros (130 millions de dollars), pour permettre à 1,5 million de Sénégalais d’accéder à l’eau courante ou à des installations sanitaires améliorées.

Le communiqué de cette institution parvenu à www.lactuacho.com informe que le projet d’approvisionnement en eau et d’assainissement en milieu rural sera mis en œuvre dans la zone du bassin arachidier (Centre Ouest du pays), qui abrite un tiers de la population rurale du Sénégal, et qui fait face à des défis importants, notamment un très faible taux d’accès à l’assainissement et un taux de pauvreté élevé.

«Les bénéficiaires auront accès à l’eau courante grâce aux branchements domiciliaires et aux bornes fontaines, en plus des latrines familiales, des raccordements des ménages aux réseaux d’assainissement collectif et des toilettes dans les écoles, les centres de santé et les marchés», a déclaré Oumar Diallo, chargé du programme au sein de la Banque mondiale.

Le projet devrait également avoir un impact positif sur les entreprises du secteur privé directement impliquées dans les activités de construction d’infrastructure hydrauliques ou d’assainissement et de prestations de services. En outre, il contribuera à renforcer la gestion intégrée des ressources en eau en améliorant les connaissances, la planification et le cadre institutionnel, ce qui renforcera la résilience au changement climatique dans la zone du projet.

Il  contribuera également aux objectifs de réduction de la pauvreté du gouvernement du Sénégal. L’amélioration des infrastructures d’eau et d’assainissement est, en effet, essentielle à la prospérité partagée puisqu’elle permet de réduire les maladies hydriques générant l’absentéisme en milieu professionnel ou scolaire ainsi que les coûts associés aux dépenses médicales et à la perte de revenus.

« Notre engagement continu nous donnera l’occasion de tirer les leçons de notre partenariat long et fructueux avec le gouvernement du Sénégal dans le développement du secteur de l’eau et de l’assainissement et de veiller à ce que l’eau et l’assainissement soient accessibles aux groupes vulnérables» , a indiqué Mme Louise Cord, Directeur des opérations de la Banque mondiale pour le Sénégal.

L’Association internationale de développement (IDA) est l’institution de la Banque mondiale qui aide les pays les plus pauvres de la planète. Fondée en 1960, elle accorde des dons et des prêts à faible taux d’intérêt ou sans intérêts en faveur de projets et de programmes de nature à stimuler la croissance économique, à réduire la pauvreté et à améliorer la vie des plus démunis.

L’IDA figure parmi les principaux bailleurs de fonds des 75 pays les plus pauvres de la planète, dont 39 se trouvent en Afrique. Les ressources de l’IDA permettent d’apporter des changements positifs dans la vie de 1,5 milliard de personnes résidant dans les pays éligibles à son aide.

Depuis sa création, l’IDA a soutenu des activités dans 113 pays. Le volume annuel des engagements est en constante augmentation et s’est élevé en moyenne à 18 milliards de dollars au cours des trois dernières années, 54 % environ de ce montant étant destinés à l’Afrique.

 

Momar Diack SECK
à lire

Autres Articles