Banque Mondiale-Sénégal Un dynamisme salué, mais de nombreux efforts et défis à relever

La Banque Mondiale figure parmi les premiers partenaires techniques et financiers du Sénégal. C’est le ministre de l’Economie, des Finances et du Plan du Sénégal, Amadou Ba,  qui l’a révélé hier, soulignant que les interventions de la Banque Mondiale ont connu une évolution importante et diversifiée et ce, au bénéfice de la croissance et de l’amélioration de la qualité de vie des populations sénégalaises.

En effet, le portefeuille de la Banque Mondiale au Sénégal comprend, actuellement, 21 projets actifs dont 6 projets régionaux ainsi qu’un appui budgétaire pour un montant total d’environ 1082 millions de dollars US, soit environ 595 milliards de FCFA.

PSE Sur 500 Milliards FCfa, les engagements de la B.M. respectés à 85%

L’engagement financier de cette institution au titre de la mise en œuvre du Plan Sénégal Emergent (PSE), pour un montant de 500 milliards de FCFA au groupe consultatif pour le Sénégal. D’ores et déjà, à deux (2) ans du terme du Plan d’Actions Prioritaires du PSE, la Banque Mondiale a concrétisé à hauteur de 425 milliards de FCFA, soit 85%, ses engagements financiers, selon le ministre.

Ces efforts qui restent encore à faire…

Dans le discours du ministre Amadou, il ressort des lenteurs dans les procédures de passation des marchés liées à la double revue des avis de non objection par la DCMP et la Banque mondiale, même si des efforts ont été faits par l’institution pour relever les seuils de passation de marché.

A cela s’ajoutent des lenteurs dans la délivrance des avis de non objection, dans la mobilisation des fonds de contrepartie aux projets, en plus des retards dans la signature de certains actes administratifs liés au foncier (décrets de cessibilité, et autres.

Autres faits déplorés, les nombreuses conditionnalités liées à des réformes dont les retards influent négativement sur les décaissements des projets et des écarts dans les rémunérations dans les projets qui se traduisent par une forte mobilité du personnel.

« Ce sont là quelques contraintes qui nécessitent une attention soutenue et dont la levée devrait concourir à accroître la performance dans l’exécution des projets », a souligné Amadou Bâ.

De nombreuses et diverses attentes

Les attentes de la coopération entre la Banque Mondiale et le Sénégal sont nombreuses et diverses. Il a été ainsi relevé la nécessité de prendre en charges des problématiques importantes telles que la création d’emplois de meilleure qualité en s’appuyant sur une croissance tirée par le secteur privé dans l’agrobusiness et les autres secteurs de l’économie, et le renforcement du capital humain pour une croissance inclusive, en améliorant l’efficacité et la qualité des dépenses d’éducation, de santé et de protection sociale.

Pape Ismaïla CAMARA
à lire

Autres Articles