Axes Ndiosmone-Fatick, Gossas-Kaolack, «Il arrive parfois jusqu’à sept accidents dans la semaine », selon le gouverneur de Fatick

Le gouverneur de Fatick (centre), Souleymane Cissé, a décrit vendredi les routes reliant Ndiosmone à Fatick et Gossas à Kaolack comme étant « les plus accidentogènes » de la région. ’’Il arrive parfois jusqu’à sept accidents dans la semaine, sur ces deux routes’’, a-t-il souligné, ajoutant que cette situation fait de Fatick l’une des régions les plus ’’accidentogènes’’, celles où les accidents de la circulation sont plus nombreux.

« Nous pouvons dire que la fréquence des accidents sur ces deux axes est très élevé. Il y a d’autres parties du réseau routier national qui connaissent des accidents, mais dans une moindre mesure’’, a dit M. Cissé aux journalistes, à la fin d’une réunion administrative sur la sécurité routière dans cette région.
Souleymane Cissé a fait état d’’’un niveau d’accidents particulièrement élevé’’ dans la commune de Fatick. Ces accidents concernent surtout les motos-taxis ’’Jakarta’’, a-t-il précisé, ajoutant qu’ils sont surtout la cause de ’’l’anarchie’’ notée dans ce secteur, dans la ville de Fatick.

’’Dans les autres communes de la région, la plupart des motos-taxis +Jakarta+ sont immatriculées, et le port du casque est de rigueur’’ chez les usagers de ces moyens de transport, a souligné M. Cissé.

’’L’immatriculation des motos-taxis +Jakarta+ est en cours dans la commune de Fatick, où il y en a beaucoup. J’ai ordonné qu’elle soit achevée dans les plus brefs délais, et que tous les conducteurs de ces véhicules puissent avoir des casques’’, a-t-il poursuivi.

Cissé souhaite qu’une formation à la sécurité routière soit offerte aux conducteurs de cette catégorie de véhicules.  Les causes des accidents de la route sont nombreuses, a-t-il dit, précisant que ’’le facteur humain, c’est-à-dire le comportement des chauffeurs et des conducteurs des motos +Jakarta+, en est la principale’’.

Source APS

Dieyna SENE
à lire

Autres Articles