Avec un parcours étonnant, à 17 ans, il collabore avec la NASA mais déteste le mot ‘’Génie’’

La vie de Moshe Kai Cavalin, un jeune de 17 ans originaire de San Gabriel, en Californie, est remplie de contrastes pour avoir gravi les principaux échelons bien avant les enfants de son âge. Moshe Kai Cavalin est diplômé d’un collège communautaire à l’âge de 11 ans. Quatre ans plus tard, il a eu son bac en mathématiques à l’Université de Californie, Los Angeles.

En cette année 2015, il a commencé des cours en ligne pour obtenir un diplôme dans le domaine la cyber-sécurité à l’Université Brandeis de Boston. Pour aider NASA à développer la technologie de surveillance pour les avions et drones, il a décidé de marquer une pause dans ce cursus estudiantin.

Pourtant il a accumulé une liste reluisante de prouesses parascolaires. Il vient de publier son deuxième livre tiré de son expérience avec les victimes d’intimidation et les histoires qu’il a entendues des autres.

Passionné d’avion, il prévoit d’avoir son permis de pilote d’avion à la fin de l’année 2015. À la maison familiale près de Los Angeles, il détient aussi un trésor de trophées issus de tournois d’arts martiaux.

Pour Cavalin pourtant, il est plus ordinaire que les gens ne le pensent. Tout au plus, il attribue à ses parents ses quelques résultats pour leur encadrement des années durant vers enseignement ciblé, équilibré et la liberté de choisir ses activités après l’école.

Ses intérêts variés découlent de son patrimoine culturel, dit-il, avec une mère de Taiwan et d’un père du Brésil.

« Mon cas n’est pas extraordinaire. Il est juste une combinaison de la volonté parentale et de la motivation et de l’inspiration», dit-il après un séjour récent au Centre aérien de recherche Armstrong de la NASA à Edwards, en Californie.

Ses parents disent qu’il a toujours eu cursus scolaire véloce. A l’âge de quatre mois, il a montré un jet dans le ciel et dit le mot chinois qui signifie avion, ce fut son premier mot.

Cavalin ayant atteint les limites de son enseignement à domicile après avoir étudié la trigonométrie à 7 ans, sa mère a commencé à le conduire au collège communautaire.

« La plupart des gens pensent qu’il est un génie, ils croient que ça lui vient naturellement. Il a effectivement travaillé plus dur, je pense, que tout autre étudiant je ai jamais eu », a déclaré Daniel Juge, un professeur de mathématiques qui a enseigné Cavalin pendant deux ans à East Los Angeles College.

Cependant son ascension rapide n’a pas été sans rebondissements. Au début à l’université, il rêvait d’être un astrophysicien. Mais quand il a commencé à prendre des cours de physique de pointe, son intérêt a diminué, puis sa fascination en cryptographie l’a conduit vers l’informatique. Ce fut le meilleur ajustement.

Cavalin a été surpris lorsque la NASA l’a appelé pour lui offrir un travail après un rejet d’une demande dans le passé, en raison de son âge. Ricardo Arteaga, son patron et mentor de la NASA, dit de Cavalin qu’il était parfait pour un projet qui combine mathématiques, l’informatique et la technologie des avions.

«Il me fallait un stagiaire qui maîtrise les logiciels, les algorithmes et les mathématiques. Et moi aussi j’ai besoin d’un pilote qui peut voler sur un Cessna. »

Dans leur bureau, Cavalin est décrit comme un travailleur calme avec un sens de l’humour subtil, témoigne Arteaga. Son travail quotidien à la NASA inclut des simulations courantes de collision  d’avions et drones, afin de trouver les moyens de les acheminer avec sécurité.

Après avoir terminé sa maîtrise à Brandeis, Cavalin espère obtenir une maîtrise en affaires à l’Institut de Technologie du Massachusetts. Plus tard, il compte lancer sa propre société de cyber-sécurité.

Pour l’instant, il compte les jours menant à son 18e anniversaire, quand il sera en mesure d’obtenir un permis de conduire en bonne et due, en vertu de la loi californienne.

Tout comme les autres adolescents, il a aussi son coté intimité, Cavalin révèle  qu’il va attendre l’obtention de son diplôme de doctorat pour se trouver une petite amie.

Source beta.finance.yahoo.com

Fara Michel DIEYE

Rédacteur

Fara Michel DIEYE

Co-fondateur du site Lactuacho.com, Fara Michel DIEYE jouit de plus de 18 années d’exercice dans la profession du journalisme et de la communication. Il a été notamment Rédacteur en chef du site d’information Dakaractu.com et de l’hebdomadaire Espace Magazine, et Directeur de la Rédaction du Quotidien Rewmi et de l’hebdomadaire économique Ecofi. En savoir plus >>

à lire

Autres Articles