Attaques contre le mouvement Y’en a marre Quand le pouvoir cherche à noyer le poisson dans l’eau

Lorsqu’on a l’habitude de jouir des ténèbres, on finit par devenir ténèbres soi-même. Ainsi, on refuse de croire même devant l’évidence. Et  on arrive par cet entêtement  à se  faire une religion fausse des choses. Une telle attitude fortement égocentrique, tue l’ambition des autres, étouffe la pensée nouvelle et innovante et  par-dessus tout,  empêche de voir et  de sentir la souffrance des autres. De ceux-là mêmes dont on a la charge.

Ce type de comportement d’une étroitesse d’esprit, nous le constatons malheureusement,  le plus souvent du côté du pouvoir. Qui nous est habitué à prendre les choses à la légère .  Ce fut le cas l’année dernière, lorsqu’il refusa de tirer les leçons d’une victoire étriquée du référendum constitutionnel de mars 2016.

Aujourd’hui encore, le régime de Macky Sall refuse de déceler à travers  la forte mobilisation du mouvement Y’en a marre, un message à décoder et nous savons qu’il yen a forcément. Ou plus encore, à faire preuve de prudence face à cette démonstration de force, qui peut bien constituer, au-delà des supputations, une chaude alerte contre le pouvoir.

Au lieu de prendre du recul, de s’abaisser pour une fois, le temps de comprendre et d’analyser ce qui pousse les foules à suivre les «  y’en a marristes » dans la rue,  des proches du président Macky Sall, préfèrent  minimiser et caricaturer à tout vent,  la démonstration de force du vendredi dernier à la place de l’obélisque.

En effet,  Aliou Sall, le frangin du président de la République a qualifié cette forte mobilisation de «  rassemblement des forces de la nuit ». Moustapha Cissé Lô, a quant à lui, traité les Fadel Barro et consorts « de vendeurs d’illusion ». Ces réactions pitoyables parmi tant d’autres, semblent nous indiquer que nous avons affaire à des  «dur à cuire »,  incapables d’identifier leurs propres  insuffisances afin de se parfaire.

Nul besoin de s’attacher les services d’un expert pour comprendre qu’au-delà du mouvement Y’en a marre,  c’est plutôt,  la « constellation » des frustrations qui a déversé, vendredi dernier, au tant de sénégalais habillés en noir dans la rue,  pour manifester leur indignation à l’endroit de ce régime de plus en plus décevant.

Sous d’autres cieux, il est clair qu’on  aurait consacré  le temps à l’introspection, ne serait ce que pour se remettre en question.

Dommage que chez nous, ce régime   ne comprenne rien de tout cela et fasse plutôt preuve d’une indifférence inqualifiable. Comme d’habitude, toute critique est prise pour une attaque ciblée. Ainsi,  pour un rien, le bataillon de conseillers  qui grouille au palais de la République s’érige  en bouclier et ne prend même pas le temps de discerner, de trier et de voir plus clair.

Aujourd’hui, nous avons besoin à la tête du pays d’esprits ouverts et sensibles à la  moindre pulsion du peuple. Le refus d’écouter les autres est un pêcher grave en politique. Le mutisme face à la vérité, l’est encore plus. C’est ce que les conseillers du chef de l’Etat ne savent pas.

Eux qui sont sensés édifier le président de la République doivent le faire sans ambages pour l’intérêt général. Mais par soucis de ne pas perdre le cheveu de pouvoir qui leur est confié, ils préfèrent caresser le chef dans le sens du poils et le flatter.

Osez, osons dire la vérité. Elle seule nous rendra libre.

Jean Nzalé

webmaster

Rédacteur

webmaster

à lire

Autres Articles