Aquaculture :Plus de 9 milliards à investir pour le développement du secteur

Dans le cadre du processus de développement de l’aquaculture au Sénégal, il a été élaboré un mémorandum d’entente entre le Ministère de la Pêche et de l’Economie maritime, le Fonds Souverain d’Investissement Stratégique (FONSIS) et le Bureau Opérationnel de Suivi du Plan Sénégal Emergent (PSE) a été signé le mardi 5 avril 2015 dans les locaux du ministère de la pêche. L’objectif est de mettre en place un cadre de collaboration pour la structuration d’un projet aquacole industriel de type Partenariat-Public-Privé (PPP)Il faut noter que c’est plus de 9 milliards qui vont être mobilisés pour le développement du secteur de l’aquaculture.

Selon M. Amadou Hott, Administrateur Général du Fonds Souverain d’Investissements Stratégiques (FONSIS), cette signature d’un accord au niveau du ministère de l’économie maritime entre l’ANA, le FONSIS et le BOSS, va leur permettre de pouvoir travailler ensemble, un nouveau partenariat permettra de mobiliser essentiellement un financement privé qui viendra massivement compléter le financement que l’Etat mettra en place à travers l’ANA et le ministère et le financement que le FONSIS mettra à la disposition du projet.
« L’objectif du projet c’est d’avoir deux fermes industrielles qui justifieront pour le secteur privé sénégalais la production de la matière première dont on a besoin pour pouvoir réaliser ce projet. Pour ce type de financement, le FONSIS va structurer le projet rentable, un projet d’investissement productif dans lequel le FONSIS, il est actionnaire, apporte des capitaux. L’ANA, il y a le ministère qui apporte une participation de l’Etat, une subvention, on verra comment on va le définir mais également toute l’expertise technique opérationnel, toute l’expertise de l’ANA sera à la disposition du projet et l’expertise du FONSIS dans le montage du financement, la levée du financement bancaire et financement privé pour qu’on puisse mobiliser une dizaine de milliards de F CFA qui vont être investis dans le secteur », a précisé M. Hott.

M. Oumar GUEYE, Ministre de la Pêche et de l’Economie maritime, estime que le projet de développement accéléré de l’Aquaculture qui est l’un des 27 projets phares du PSE ambitionne de développer une aquaculture compétitive à mesure de contribuer à hauteur de 10% à l’offre de produits halieutiques nationale en 2023.Et sur le plan opérationnel, le projet vise : la production de 30 000 tonnes et la création de 10 000 emplois formels en 2018 ; une production de 50 000 tonnes en 2023 et la création de 20 000 emplois à l’horizon 2023.
« L’atteinte de ces objectifs nécessite la mobilisation d’un financement d’un montant global de 33 milliards en 2018 et 50 milliards de F CFA en 2023 dont 40% de financement public et 60% attendu du privé. L’agence nationale de l’Aquaculture ( ANA), le fonds souverain d’investissements stratégiques (FONSIS) et le bureau opérationnel du suivi du plan Sénégal (BOSS) ont décidé de mutualiser leurs efforts pour amorcer le développement de l’aquaculture industrielle au Sénégal par la mise en place de fermes aquacoles industrielles avec un projet de partenariat public-privé. Il est prévu la mobilisation d’au moins de 9 milliards de F CFA grâce aux mécanismes du FONSIS et l’impulsion de privés forts », renchérit le ministre de la pêche.

Saër DIAL

Rédacteur

Saër DIAL

à lire

Autres Articles