Amadou Yoro Ndiaye, Vice-Président du Cercle des Amis de Macky SALL : Idy, l’ancien Maire de Thiès…

A l’écoute du dernier Maire de Thiès, je me demande ce qui peut bien inspirer cet homme qui aurait dû sérieusement méditer la sortie de Monsieur Talla Sylla son successeur qui, avec justesse dit : « les gens peuvent garder intactes leurs convictions et leur capacité d’indignation mais changer de mode de restitution pour coller aux réalités du Pays ».
Il « s’agit de vivre ensemble et en sérénité  » !
Mais qu’attendre de celui qui a osé traiter celui dont il réclame la paternité et l’héritage, de « spermatozoïde et futur cadavre » ? Qu’attendre de quelqu’un qui, bien tardivement découvre que si on veut glaner les suffrages du Sénégal profond il faudra bien s’y « coltiner », il faudra y aller pour comprendre ce bon sens séculaire qui fera qu’en un mot, qu’en une attitude, on est choisi ou rejeté ? Il est évident qu’aucune leçon n’est retenue de ces « tournées », sinon comment expliquer cette ignoble violence verbale aux antipodes des codes d’adversité de notre société, codes qui en substance disent qu’on ne peut aller, en faisant face, au-delà d’une réponse graduée, proportionnelle et légitime. Autrement, quel que soit le préjudice subi, on est en faute.
Monsieur l’ancien Maire de Thiès est bien en faute !
Mais à quoi et à qui répond-il ?

A ce « peuple ingrat » qui ne daigne pas lui reconnaître sa brillance, excepté cet électorat thiessois qui s’effrite de plus en plus, à ce peuple qui n’a pas voulu de lui comme 4 ème Président ? A son Excellence, Monsieur Macky Sall qui l’a laissé très loin derrière en 2012 et qui a, nous l’espérons, lors du référendum passé, définitivement clos le « chapitre des présidentiables de 2017 » ?

C’est peut-être le fils biologique qui est interpellé, celui-là dont on a la certitude de l’entière culpabilité mais qui, malgré les vicissitudes de la vie continue, appuyé vigoureusement par Papa, à lorgner avec constance et coupable insistance, ce PDS dont on serait l’actionnaire majoritaire ?
Les psychologues et autres psychiatres, s’ils y arrivent, démêleront un jour cet écheveau familial où se débat un fils, un frère rejeté de tous. Ils nous diront le fondement de cette désespérante et virulente quête à plus de reconnaissance, à plus de place dans la maison, dans la Nation.

Lieux d’où l’on n’arrive pas à voir, à entendre, cette indicible proclamation qu’on est le meilleur parmi les fils ! Ah cette insupportable cécité, cette incroyable surdité de la grande majorité des électrices et électeurs du Sénégal qui ne me voient plus, qui ne m’entendent plus !
Pour ma part, je voudrais partager avec vous, cette vieille contribution, du temps du PDS, Je n’ai pas voulu y toucher et vous serez bien aimables de faire les indispensables mise à jour plus de 10 ans après.
Déjà, à l’époque, on s’interrogeait sur celui qui était encore Maire de Thiès.

« ……..
Idrissa Seck ancien Premier ministre, lui ou l’un de ses affidés, peu importe en définitive, a envoyé à l’actuel Premier ministre Macky Sall, une pique de la même veine que celles dont il est coutumier. Ici encore, les sous-entendus, insultes et menaces ont fait flores, essayant en vain, d’occulter le seul débat qui vaille, celui du sort fait aux deniers publics, dans la triste affaire dite des chantiers de Thiès.
Avec une certaine répulsion que ma curiosité n’arrivait pas à vaincre, je suis quand-même allé au bout d’une lecture qui, je le savais d’avance, allait enfin ouvrir les yeux de tous nos concitoyens sur ce qu’avait de malsain et de petit Monsieur Idrissa Seck.
Me rappelant ce que disait un vieux militant du parti, je savais que la meilleure manière de combattre Idy, c’était pour Macky de titiller sa jalousie maladive, en continuant à matérialiser les engagements du candidat Abdoulaye Wade, en faisant aussi, chaque fois que nécessaire, la Une des medias pour donner aux populations, toutes les informations indispensables à une meilleure appropriation de la politique d’émergence de notre pays, politique conçue par le Président de la République et qu’il se devait de mettre en œuvre avec discrétion et efficacité mais surtout, avec toute la détermination et toute la célérité qu’exige le rattrapage du temps, que le toujours maire PDS de Thiès, avait sciemment fait perdre au camp présidentiel.
Apparemment, la thèse du vieux militant libéral s’est vérifiée ! Les deux sorties de Macky à l’occasion de la « déclassification » du rapport de l’IGE et d’une interview au quotidien « le Soleil » du mardi 23 Août, ont dû être extrêmement indigestes pour le pensionnaire de Rebeuss.

Il semble en effet que cette conjonction, feux de la rampe pour l’un,  » fidèle lieutenant » qui reste cependant un « frère » même si c’est un traître, et sombre anonymat, je ne veux pas parler de cachot, pour l’autre, qui nommait selon ou malgré l’avis de ses amis( amies), ait été du plus mauvais effet sur notre cher « ex. 2 ème numéro 1 », qui voit enfin, même si c’est par le côté répugnant de la lorgnette, qu’il y a bien derrière Maître Wade, des adversaires au-delà de sa mesure et tout à fait capables d’un accompagnement loyal et fidèle, avec des résultats qui quotidiennement, changent le Sénégal.
Car c’est cela notre sacerdoce, bien travailler pour le compte de ceux qui nous font confiance depuis 2000, afin qu’à l’occasion des joutes électorales de 2006 et 2007, le PDS et Maître Abdoulaye Wade, sortent largement vainqueurs. Et ce ne sont pas les vulgarités et autres injures et insanités qui nous distrairont de notre engagement.
Pour les conseils et autres, tout le Parti, dont Monsieur Seck n’est plus membre, tout le pays, est aujourd’hui largement édifié sur ce à quoi il consacrait son temps, grenouiller et comploter, quand il lui était loisible de les donner à celui dont la confiance ne lui a jamais fait défaut.
Mais évidemment, quand, lisant César on s’arrête plus à la traîtrise de Labienus qu’à celle de BRUTUS… !…

Amadou Yoro Ndiaye
Vice-Président du Cercle des Amis de Macky SALL.
(CAMS).

Saër DIAL

Rédacteur

Saër DIAL

à lire

Autres Articles