Alerte au Soudan du Sud : La FAO signale un nombre record de personnes en situation critique de manque de nourriture

Le nombre de personnes qui connaît un manque critique de nourriture au Soudan du Sud est le plus élevé à ce jour, ont annoncé aujourd’hui trois agences des Nations Unies.

D’un communiqué de la FAOparvenu à notre Rédaction, il ressort une prévision de 61 pour cent de la population qui connaîtra un niveau de crise de l’insécurité alimentaire voire pire

Les résultats d’analyse selon le Cadre intégré de classification de la sécurité alimentaire (IPC) rendus publics aujourd’hui par le Gouvernement du Soudan du Sud en collaboration avec l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), le Programme Alimentaire Mondial (PAM) et le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), quelque 6,96 millions de Soudanais du Sud connaîtront un niveau aigu d’insécurité alimentaire voir pire (Phases IPC 3, 4 et 5) d’ici la fin du mois de juillet.

En outre, on estime à 21 000 le nombre de personnes qui feront face à un niveau d’insécurité alimentaire correspondant à la Famine (Phase IPC 5, le niveau le plus élevé des cinq du cadre), tandis qu’1,82 million feront face à une Urgence (Phase IPC 4) et 5,12 millions à une Crise (Phase IPC 3).

À comparer aux prévisions de janvier dernier pour la période mai-juillet 2019, 81 000 personnes de plus que le nombre prévu au départ sont confrontées à la Phase IPC 3 ou pire, en particulier dans les États de Jonglei, des Lacs et de Bahr el Gazal du Nord.

Le retard des pluies et la hausse des prix des aliments réduisent l’accès à la nourriture

La saison de soudure actuelle a commencé avec un niveau négatif record d’approvisionnement dû à la mauvaise récolte de 2018 et s’est ultérieurement aggravée à cause de l’arrivée tardive des pluies saisonnières de 2019. Ces faits, auxquels s’ajoutent une instabilité économique persistante, les effets des années passées de conflits avec la diminution des disponibilités et les déplacements de population qui se sont ensuivis, ont contribué à dérégler les moyens d’existence et ont signifié pour la population une réduction de la capacité d’accès à la nourriture.

La hausse des prix de la nourriture causée par les mauvaises récoltes de l’année dernière, les perturbations des marchés causées par l’insécurité, la hausse des prix des transports et la dévaluation de la monnaie ont aussi contribué à ces niveaux élevés d’insécurité alimentaire aigüe.

La mise en œuvre effective de l’accord de paix et l’obtention d’une stabilité politique sont des impératifs si l’on veut permettre une aide humanitaire urgente et étendue pour protéger les moyens d’existence et relancer la production agricole dans tout le pays afin de sauver des vies.

Pape Ismaïla CAMARA
à lire

Autres Articles