Alassane Ba S/G des défenseurs de la mer : « Il faut sauver la pêche et les générations futures »

Les solutions pour sauver le secteur de la pêche qui est la seule voie pour faire du Sénégal un pays pourvu de 60% plus de liberté et de richesses.

La pêche est un secteur où l’accent doit être mis pour sauver le Sénégal et les générations futures. Le secteur de la pêche peut à lui seul absorber les 80% de demandes d’emploi et solutionner à 60% les problèmes du Sénégal dans tous les secteurs.
Je n’ai pas à citer en exemple ce pays voisin qui a pris son envol grâce à ce secteur de la pêche. Il a vite compris son importance, a sécurisé sa mer et s’est lancé dans la transformation, tout pays traversé par une mer, est un pays riche. Ce n’est pas ceux qui pillent nos eaux qui vont dire le contraire avec toute cette fraude, cette forte valeur financière qu’ils amassent sur les espèces qu’ils conservent pour les exportations vers l’Europe, les avantages fiscaux dont ils bénéficient. Le fait de dire qu’ils ont budget qui triple celui de l’Etat du Sénégal, ce n’est pas inventé, c’est du réel.
Pour y arriver, il existe un moyen fort simple. Faire un toilettage de tous ces gros monstres (bateaux) qu’on ne doit pas laisser continuer à pêcher dans les eaux sous juridiction sénégalaise.

Les engins portés par ces monstres sont très dangereux pour nos fonds marins. Ils sont interdits dans tous les espaces Européens. Ensuite aller vers la transformation car c’est la seule alternative pour diminuer la pression faite sur la ressource maritime, faire une pêche sélective et enfin créer des unités de transformation. Ce qui va donner une plus-value à nos produits et va offrir beaucoup d’emplois et de ce fait booster l’économie de ce pays.
En bref tous les secteurs seront au vert.
Vous nous avez demandé d’apporter notre contribution pour lancer l’industrie de transformation au Sénégal. La solution a été posée et comme d’habitude ils sont passés outre. Les résultats sont là.
Je ne peux accepter, ni comprendre que des bateaux qui ne sont plus d’actualité et dépourvus de documents, ce qui veut dire pas en règle du tout, fassent de la fraude. Des tombeaux flottants qu’on laisse continuer à ruiner tous nos fonds marins et avec des avantages fiscaux exceptionnels. Dans quel pays sommes nous donc?

Saër DIAL

Rédacteur

Saër DIAL

à lire

Autres Articles