Agriculture : La FAO met en garde contre des invasions de Criquets pèlerins au Yémen et dans la Corne de l’Afrique

Les dégâts causés aux cultures par de mauvaises conditions climatiques à l’origine de la multiplication et de la propagation des Criquets pèlerins

La saison estivale de reproduction des Criquets pèlerins, amplifiée par de fortes pluies, peut représenter une grave menace pour les zones de production agricole au Yémen, au Soudan, en Erythrée et dans certaines parties de l’Ethiopie et du Nord de la Somalie lors des trois prochains mois, a averti hier la FAO à travers un communiqué reçu.

Cela pourrait également avoir des répercussions négatives sur les rendements saisonniers agricoles et sur les économies locales, en affectant la sécurité alimentaire et les moyens d’existence des populations dans les pays concernés.

Cette année, des opérations de contrôle intensives sur le terrain et par voie aérienne ont été effectuées en Iran (sur 712 000 hectares), en Arabie Saoudite (sur 219 000 hectares) et au Soudan (sur 105 000 hectares) et ont permis de réduire la présence de Criquets pèlerins. Néanmoins, ces opérations n’ont pas réussi à empêcher complètement la formation d’essaims et le déplacement de ces derniers vers les zones traditionnelles de reproduction estivales au Yémen, au Soudan, dans la Corne de l’Afrique et le long de la frontière indo-pakistanaise.

Il existe un risque modéré, voire élevé que la situation des Criquets pèlerins s’aggrave dans l’intérieur du territoire yéménite et sur le littoral du pays, ainsi qu’à l’intérieur du territoire soudanais, ce qui aurait pour effet de former des essaims qui menaceraient la production agricole d’ici la fin de l’été. Ce phénomène serait suivi par des augmentations d’essaims le long de la mer Rouge, au cours de la prochaine saison hivernale débutant en Novembre.

Le Yémen, pays touché actuellement par la pire crise humanitaire au monde, est le plus concerné et à risque d’une infestation généralisée de bandes larvaires et de fortes pluies pouvant entraîner des formations d’essaims, et ce, dès cette semaine, ce qui pourrait avoir pour effet de voir émerger une autre génération de reproducteurs d’ici la fin du mois d’août, si les conditions climatiques demeurent favorables à la reproduction des criquets.

Au pire des cas, en automne, les essaims de criquets pourraient migrer du Yémen vers la Corne de l’Afrique pour finalement atteindre le Kenya d’ici la fin de l’année, à moins que des mesures préventives de contrôle ne soient prises de manière urgente dans la région. La dernière invasion de Criquets pèlerins au Kenya remonte à 2007 et des opérations de contrôle aériennes ont été nécessaires afin de reprendre le contrôle de la situation.

Au Nord-Est de la Somalie, des essaims matures de criquets ont été signalés à divers endroits ces dernières semaines. Ces derniers ont provoqué des dégâts majeurs sur les cultures. Des bandes larvaires sont maintenant en train de se former le long de la côte Nord-Ouest et probablement sur la côte Nord-Est à partir des œufs laissés par les essaims. Cette situation pourrait donner lieu à la création de nouveaux essaims d’ici la fin août.

Des phénomènes semblables devraient apparaître dans l’Est de l’Ethiopie, lorsque des groupes de criquets adultes vont avoir l’occasion de partir de la région Amhara au Nord du pays vers les zones de reproduction estivales à l’Ouest de l’Erythrée et à l’intérieur du territoire soudanais.

Au Soudan justement, nombreuses sont les populations adultes de criquets à être présentes dans la Vallée du Nil, tandis que des populations adultes sont apparues récemment et de manière dispersée sur la côte de la mer Rouge et au Nord du Kordofan, là où les reproductions estivales ont lieu.

Pape Ismaïla CAMARA
à lire

Autres Articles