Agriculture : des bons à la place du cash, le bazardage plus fréquent dans la campagne arachidière

La campagne arachidière crée encore des frustrations chez les paysans sénégalais. Des voix s’élèvent de plus en plus pour dénoncer des conditions de vente plongeant les paysans dans la précarité.

Les producteurs du Saloum expliquent que faute d’argent cash, ils sont obligés de vendre leurs produits à 175 francs le kilo au lieu des 210 francs fixés par l’Etat.

L’autre opportunité offerte est de se contenter d’un bon derrière lequel ils sont appelés à courir après des mois de labeur.

Ce qui les expose à vendre leurs graines d’arachides à des intermédiaires véreux qui achètent à un prix très bas.

Momar Diack SECK
à lire

Autres Articles