Afrique du Sud : une propagation rapide de l’héroïne notée à travers tout le pays

Un marché local généralisé et lucratif pour l’héroïne s’est développé dans toute l’Afrique du Sud, facilité par les gangs, le crime organisé et des policiers incompétents ou corrompus.

L’émergence rapide de cette industrie florissante n’a pratiquement pas été détectée par la police et le gouvernement, malgré plus de 100 000 utilisateurs. Son chiffre d’affaires annuel estimé peut valoir des milliards de rands. Le problème est aggravé par une politique médiocre en matière de drogue et par la négligence des communautés marginalisées.

«La crise de l’héroïne en Afrique du Sud est extrêmement grave et pèse lourdement sur les communautés», déclare Simone Haysom, analyste senior à l’Initiative mondiale contre le crime organisé transnational, qui fait partie du projet ENACT (Renforcer la réponse de l’Afrique au crime transnational organisé).

Haysom est l’auteur d’un nouveau rapport sur le problème de l’héroïne en Afrique du Sud, publié à l’Institute for Security Studies (ISS) aujourd’hui (11 avril). Financé par l’Union européenne, ENACT est mis en œuvre par l’Institut d’études de sécurité et INTERPOL, en partenariat avec l’Initiative mondiale contre le crime organisé transnational. C’est un projet qui vise à renforcer les connaissances et les compétences nécessaires pour renforcer la réponse de l’Afrique au crime organisé transnational.

La note d’information que nous avons reçue révèle que les chercheurs d’ENACT ont découvert une consommation répandue et problématique d’héroïne dans les petites villes, les grandes villes et les zones rurales d’Afrique du Sud. L’impact incombe aux autorités locales qui sont sous-préparées pour apporter des réponses efficaces.

Le chef de délégation adjoint de l’Union européenne en Afrique du Sud, Raul de Luzenberger, a félicité ENACT pour ses recherches sur le terrain concernant la menace qui pèse sur le tissu social, économique et politique de la société sud-africaine.

L’économie de l’héroïne fondée sur l’argent liquide et criminalisée a eu un effet de corruption important sur la police, qui entretient des relations interdépendantes avec des gangs, des trafiquants de drogue et des usagers.

Au Cap, des concessionnaires de quartiers contrôlés par des gangs affirment que des fourgonnettes de patrouille se rendent dans leurs points de vente en échange de petits pots-de-vin. Les personnes interrogées à Tshwane ont parlé de policiers subalternes corrompus qui confisquaient des drogues et les vendaient à d’autres revendeurs.

L’Afrique du Sud risque de contribuer de manière significative à la hausse de la consommation de drogues en Afrique subsaharienne, qui devrait compter 20 millions d’utilisateurs de drogues dures d’ici 2040, a déclaré Eric Pelser, responsable du programme ENACT à l’ISS, à l’ISS. «C’est une crise potentielle, mais l’attention des politiques y est insuffisante. Le problème est exacerbé par le manque de maintien de l’ordre, l’absence de renseignements sur la criminalité et l’incapacité de l’État à fournir des soins sociaux adéquats ou des services d’éducation et de santé.

L’économie de l’héroïne en Afrique du Sud découle de la progression du trafic international de drogue sur la côte est de l’Afrique, qui doit ensuite être acheminée vers les marchés internationaux. Les réseaux criminels tanzaniens ont développé le marché de l’héroïne sud-africain et fourni des gangs qui vendent cette drogue aux consommateurs. «L’héroïne est aujourd’hui un produit essentiel de l’économie criminelle en Afrique du Sud», a déclaré Haysom.

La politique médiocre du pays en matière de drogue a de graves conséquences sociales, économiques et politiques. Les toxicomanes sont criminalisés et ont un accès limité aux services, ils sont donc marginalisés socialement. Beaucoup finissent par vivre dans la rue, où ils font face à des agressions et à des extorsions de la part de la police.

En dépit des engagements pris dans le plan-cadre gouvernemental en matière de réduction des risques, la stratégie du gouvernement n’est pas fondée sur des preuves ni sur les meilleures pratiques internationales. Les traitements de substitution aux opiacés, la fourniture de substituts d’héroïne moins nocifs comme la méthadone et les programmes d’échange d’aiguilles et de seringues connaissent un succès international, mais seul Tshwane propose actuellement ces deux programmes.

Selon ENACT, une réponse politique régionale est nécessaire pour lutter contre la corruption qui facilite le transit de l’héroïne par les pays voisins. La police et les autres organismes publics devraient élaborer une analyse factuelle de l’économie de l’héroïne et de son impact sur les utilisateurs, les communautés et la criminalité. Les enquêtes policières devraient être axées sur les facilitateurs du commerce et les trafiquants qui en tirent les bénéfices.

La réponse du gouvernement à la crise de l’héroïne en Afrique du Sud devrait inclure des initiatives de santé publique et s’attaquer aux causes de la vulnérabilité des communautés aux drogues et aux gangs. «La consommation d’héroïne augmente et nous n’y sommes pas préparés», a déclaré Shaun Shelly, fondateur de la Semaine de la politique antidrogue de la SA.

Pape Ismaïla CAMARA
à lire

Autres Articles