Afrique du Sud : deux Nigérians tués, des soupçons portés sur une affaire de gangs

La communauté nigériane en Afrique du Sud a de nouveau décrit comme incompréhensible, le dernier meurtre de deux Nigérians en Afrique du Sud.

L’agence de presse nigériane (NAN) rapporte que les derniers décès ont fait en sorte que le nombre de Nigérians morts dans l’ancienne enclave de l’apartheid a atteint 122 en 30 mois.

Les deux Nigérians à perdre la vie dans cette nation sujette aux crimes ont été identifiés comme étant M. Okechukwu Chukwumezeriri et M. Olushola Ayanleye.

Le président de l’Union nigériane en Afrique du Sud (NUSA), M. Adetola Olubajo, a donné les informations dans un communiqué envoyé à la NAN vendredi à Abuja.

Olubajo a déclaré que Chukwumezeriri, 39 ans, originaire d’Imo, avait été abattu sur un terrain de football le 25 août au parc Rietondale à Pretoria, tandis que Ayanleye, 42 ans, de l’État d’Ondo avait également été abattu dans la nuit du 26 août à Essellen Street, à Sunnyside, à Pretoria.

«Les informations recueillies ont révélé que les violences du week-end dernier, qui ont fait deux victimes avec deux autres hospitalisées à Pretoria, étaient des meurtres liés à des gangs. En tant qu’organisation faîtière des Nigérians en Afrique du Sud, notre position est que quiconque qui tue devrait faire face à la colère de la loi, indépendamment de sa nationalité ».

Olubajo a déclaré que NUSA coopérait actuellement avec les organismes chargés de l’application de la loi en Afrique du Sud pour s’attaquer aux éléments criminels.

« Nous conseillons que quiconque a des informations sur ces tueurs devrait contacter le président de la NUSA ou la police, car ces camarades insensés et déclencheurs ne devraient pas rester impunis. »

Il a averti  les «chercheurs d’attention», qui, selon lui, utilisaient la vie des gens pour gagner en popularité et promouvoir leur intérêt personnel en nourrissant les fonctionnaires avec de fausses informations, ils ne les aident pas à résoudre les crises.

«Les responsables gouvernementaux devraient également prendre au sérieux ces meurtres insensés de Nigérians en Afrique du Sud en ne construisant pas ou en ne promouvant pas de récits selon lesquels les Nigérians peuvent s’entretuer.

« Tous les cas de meurtre doivent être traités avec tout le mépris que cela mérite » et minimiser les stratégies de division qui font actuellement des victimes à un rythme alarmant.  »

Olubajo a averti les gens qu’il a dit avoir tendance à réclamer un gain politique sur les meurtres récurrents pour s’abstenir d’une telle méchanceté.

«Nos plus sincères condoléances aux familles et aux amis du défunt. Nous veillerons à ce que justice soit faite dans ces affaires », a-t-il déclaré. (NAN)

Avec dailyasset.ng

Pape Ismaïla CAMARA
à lire

Autres Articles