Afrique : David Malpass, le nouveau président de la Banque mondiale, en tournée en Ethiopie, aux Madagascar et Mozambique

Le nouveau président de la Banque mondiale, ancien conseiller économique spécial du président Donald Trump, n’aura pas attendu très longtemps pour fouler le sol africain. David Malpass a entamé une tournée africaine du 29 avril et qui la conduira d’ici le 3 mai prochain dans trois pays situés dans trois régions du continent.

Selon l’information qui émane de financialafrik.com cette tournée africaine rentre dans le cadre d’une stratégie de renforcement de l’appui de l’institution aux pays pauvres et de la promotion de la stabilité économique.

S’il est vrai qu’il est très tôt pour parler des priorités de l’ancien économiste à la banque d’investissement Bear Sterns, dans le continent, le choix des pays hôtes, Madagascar, Ethiopie et Mozambique, donne une idée un peu plus précise de la vision que le nouveau président voudrait insuffler à l’institution.

Selon toute vraisemblance, l’Afrique devrait occuper une place importante dans son programme, d’où cette volonté de toucher du doigt les réalités du continent, dont la pauvreté endémique tranche nettement avec des énormes potentialités de développement qui s’offrent à elle.

Dans l’une de ses sorties en tant que président de cette institution de Brettons Woods, David Malpass a relevé que « la mission du Groupe de la Banque mondiale est plus urgente que jamais : d’ici à 2030, près de 9 pauvres extrêmes sur 10 vivront en Afrique subsaharienne ». Tenant compte de cette situation, « nous devons accroître la dynamique de développement de l’Afrique pour favoriser une croissance généralisée, augmenter les revenus médians, créer des emplois, lutter contre le changement climatique et intégrer les femmes et les jeunes dans les économies », a-t-il insité.

Une vision qui donne l’espoir que le développement de l’Afrique sera au centre des priorités de son mandat, même si les Africains ne devraient pas perdre de vue que le développement de leur continent reposent d’abord sur leurs épaules.

Source financialafrik.com

Momar Diack SECK
à lire

Autres Articles