Accusé par Aïda Mbodj, Moustapha Cissé Lô disjoncte et lui lâche « …Je te connais, je connais ton passé ! »

Y’avait du rififi hier à l’Assemblée nationale quand Aïda Mbodji a souligné à Moustapha Niasse et à ses collègues députés, que Cissé lô, de là où il est assis, est en train de l’insulter.

Comme Cissé Lô n’a pas sa langue dans sa poche, il s’est aussitôt levé pour s’attaquer à sa collègue. Il a pris la parole pour affirmer d’emblée qu’Aïda Mbodji raconte des histoires et qu’il ne l’a jamais insultée.

Il affirme avoir juste dit qu’on ne devait pas leur imposer n’importe quoi. Et que le consensus entre deux présidents de groupe n’est pas au-dessus de la loi. En effet, pour Cissé Lô, c’est Aïda Mbodji et Moustapha Diakhaté qui ont imposé les trois minutes de temps de parole, alors que le règlement leur en donne plus.

Et comme Aida Mbodji continuait à lui apporter la réplique, Moustapha Cissé Lô est passé à des attaques personnelles contre sa collègue. « Aida Mbodji, on se connait. C’est ici que tu oses me parler sur ce ton. En dehors d’ici, tu n’y penserais même pas. Si tu as à menacer quelqu’un ou à faire peur, ce n’est pas à moi. Si tu m’affrontes, tu ne le referas plus jamais de ta vie. Peut-être que les autres ne te connaissent pas mais moi je te connais. Je te connais et je connais ton passé ».

Vu que les choses commençaient à dégénérer, Imam Mbaye Niang se lève de sa chaise pour aller lui parler, mais Cissé Lô refuse d’entendre raison. Pour lui, pour que cette parenthèse soit fermée, il faut qu’Aida Mbodji, arrête de prononcer son nom. Qu’elle n’ait pas à le mentionner quand elle parle.

Imam Mbaye Niang revient à la charge en lui demandant de changer de place, Cissé Lô reste de marbre. Il est resté sur place, continuant à dire ce qu’il veut, jusqu’à l’ouverture des débats, avec 47 inscrits.

Source jotay.net

Momar Diack SECK
à lire

Autres Articles