Accusé d’abus de biens sociaux, le milliardaire Alioune Ndiaye encourt 5 ans et un mandat de dépôt

Après 13 années de procédure, l’affaire d’abus de biens sociaux opposant Mayoro Mbaye à son cousin et ex-associé à Maritalia, Alioune Ndiaye, a été évoquée hier, à la barre du Tribunal correctionnel de Dakar. En attendant le délibéré de cette affaire prévu le 6 octobre 2016, Alioune Ndiaye risque cinq ans et le mandat de dépôt.

5 ans de prison ferme assortie d’une amende de 5 millions et d’un mandat de dépôt. Telle est la sentence que le parquet a requise hier, contre Alioune Ndiaye, le patron de Maritalia.

Retour sur les faits

Le prévenu est attrait en justice par son cousin et ex-associé Mayoro Mbaye. Ce dernier l’accuse d’abus de biens sociaux portant sur les sociétés Maritalia, Technipact et Lampafric.

Le plaignant reproche à Alioune Ndiaye d’avoir fait des transferts frauduleux de parts sociales lui appartenant au sein des sociétés Alga Sarl, Genecom Sarl, Technipact Sarl et Lampafric Sarl, dans le seul dessein de l’évincer. Il a porté plainte contre son cousin, depuis  le 20 août 2003. Mais, celui-ci n’a été inculpé qu’en 2013.

A cause d’une bataille de procédure qui a duré 13 ans, l’affaire n’a été évoquée qu’hier. Dès que le juge lui a noté la prévention, en lui expliquant qu’il a fait supporter ses dépenses personnelles par Maritalia, Alioune Ndiaye a clamé son innocence.

L’accusé dégage en touche une partie des faits reprochés

‘’Je ne reconnais pas tous les faits, car, pour Maritalia, je suis co-fondateur. Et pour les autres sociétés, il y avait une cogérance’’, a-t-il répondu. Se lançant dans des explications, M. Ndiaye a laissé entendre que lorsqu’il créait Maritalia, ‘’Mayoro Mbaye était encore sur les bancs’’.

Par la suite, il l’a nommé administrateur adjoint et lui a cédé 11 % de parts. Toutefois, d’après le prévenu, tous les actes de gestion étaient posés par Mayoro Mbaye qui signait tout, car il avait une confiance aveugle en lui.

Il a soutenu que, pour toutes les autres sociétés, il y avait une cogérance et cela a même profité à un ancien directeur de Lampafric qui a détourné des fonds, avant de se réfugier aux USA.

Une riposte par la voie d’un rapport d’expertise

Face à ces dénégations, le président Bara Gaye lui a opposé un rapport d’expertise de Khourédia Niang faisant état de manquements graves. Ledit rapport soutient qu’Alioune Ndiaye a empoché, en sept ans, un salaire global de 999 millions. Là où, selon Me Youssoupha Camara, il devait percevoir 78 millions.

L’expertise commanditée au cours de l’instruction évoque des charges personnelles supportées par Maritalia, des virements de sommes d’argent au profit du compte personnel du prévenu.

Parmi ces montants, la somme de 86 millions, en contrepartie de l’annulation d’une dette que Maritalia avait contractée avec une société italienne. Interrogé sur ces faits, Alioune Ndiaye a tout simplement déchiré le rapport.

‘’Ce rapport est taillé sur mesure, car l’expert l’a fait en complicité avec Mayoro Mbaye’’, s’est défendu le prévenu. Qui a persisté à dire qu’il n’a jamais signé de chèque et que les montants versés dans son compte étaient des remboursements. Alors le juge de lui demander s’il recevait le bilan financier annuel. ‘’Je ne me souciais pas de ce qui se passait au bureau, car tout qui m’intéressait c’était de trouver des clients’’, a-t-il rétorqué.

‘’Tentatives de blocage’’

Entendu, Mayoro Mbaye a persisté dans ses accusations. Mais, il n’a pas été très prolixe, en renvoyant le juge au rapport d’expertise. Par rapport à la gérance, il a soutenu qu’Alioune Ndiaye a bel et bien posé des actes, car, lui n’avait qu’une délégation de pouvoir. Parmi ces actes, il a cité l’augmentation du capital de Lampafric qui, dit-il, a été faite au profit du prévenu.

Pour être davantage éclairés par rapport aux accusations qui pèsent sur leur client, les avocats de la défense ont cité l’expert Abdoul Ndéné Bâ comme témoin. Il se trouve que celui-ci a été désigné pour contre-expertiser le rapport de son collègue Khourédia Niang Thiam.

Même si ses résultats confirmaient en partie le premier rapport, il avait été finalement écarté par la Chambre d’accusation. C’est pourquoi, hier, les avocats de la partie civile ainsi que le parquet l’ont récusé.

La défense a tenté de s’y opposer, sans succès, car le tribunal a tranché en faveur des conseils de Mayoro Mbaye. Qui au cours de leurs plaidoiries ont épluché le rapport et dénoncé la lenteur de la procédure. Me Abdou Gningue n’y a pas allé par quatre chemins pour dénoncer ‘’des tentatives de blocage’’.

Une réparation de 4,5 milliards de francs CFA réclamée…

Aujourd’hui il affiche un optimisme, en soutenant ‘’qu’il n’est jamais trop tard pour rendre justice’’.

Ainsi, Me Camara a invité le tribunal à condamner Alioune Ndiaye à allouer la somme 4,5 milliards de francs CFA.

Une demande jugée non fondée par Mes Bamar Faye et Mbaye Guèye qui ont laissé entendre que la constitution de partie civile de Mayoro Mbaye est irrecevable, si tant est que les faits sont établis. Ils ont argué que le plaignant ne peut réclamer aucune prétention, vu qu’il a démissionné en 2002, avant de céder ses parts en 2003.

Mieux, selon les arguments développés par Me Guèye, le seul coupable dans cette affaire, c’est M. Mbaye qui, a-t-il déclaré, a créé en janvier 2002, une société avec le même objectif social que Maritalia et qu’il a aussi signé des actes de transfert. Par conséquent, ils ont demandé qu’il soit débouté. Et à défaut de la relaxe d’Alioune Ndiaye, qu’une nouvelle expertise soit faite. Délibéré le 6 octobre

Source enqueteplus.com

 

webmaster

Rédacteur

webmaster

à lire

Autres Articles