Accueil de Macron au Sénégal : Les cadres républicains appellent au sursaut national

Dans le but de réserver un accueil chaleureux au président de la République française, Emmanuel Macron, au Sénégal, la Convergence des cadres républicains (Ccr) a tenu hier un point de presse pour appeler les Sénégalais au sursaut national. Cela fait suite c’est à la décision du Pds de brandir des brassards rouges.

La sortie du Parti démocratique sénégalais (Pds) d’accueillir le président de la République française par des brassards rouge, déplaît les partisans de Macky Sall. En conférence de presse, la Convergence des cadres républicains (Ccr) que dirige l’ancien ministre de l’Environnement, Mor Ngom, est monté au créneau pour dénoncer ce qu’elle considère comme une « provocation » de la part du Pds. Et ils se disent prêts à répondre coup pour coup. Selon le coordonnateur de la Ccr, « il est regrettable de constater encore que le Pds » est dans un débat filial que ses militants et responsables seuls doivent trancher en prenant chacun ses responsabilités.

« Il est hélas regrettable de constater que la haine aujourd’hui continue de traverser un pan entier du Parti démocratique allant jusqu’à appeler à violer les règles de bienséance de la Téranga sénégalaise », a déclaré Mor Ngom. Pour ce dernier, l’accueil d’un chef d’État hôte étranger n’a jamais été un instant de clivages dans au Sénégal. Raison pour laquelle, ils appellent au sursaut national les populations pour accueillir le président français Emmanuel Macron, avec tout ce qui sied en termes de valeurs et de Téranga.

« Nous en appelons au sursaut national pour accueillir Macron dans la Téranga sénégalaise qui est notre ADN depuis des temps immémoriaux », a-t-il insisté. Et de poursuivre : « Il appartient aux vrais libéraux de dépasser la logique filiale pour prendre dans une dynamique patriotique le train de l’émergence conduit par le chef de l’État Macky Sall.

La Convergence des cadres républicains en a profité également de ce point de presse pour tirer à boulets rouges sur Ousmane Sonko, Abdoul Mbaye et Thierno Alassane Sall (Tas). Qui, lors de la cérémonie de la dédicace du livre, « Pétrole et gaz du Sénégal: chronique d’une spoliation », avaient descendu en flammes le président Macky Sall et son gouvernement.

Mor Ngom avance : « le subit changement de Thierno Alassane Sall intrigue plus d’un. Lui qui, hier, partageait tout avec l’Apr. Les enregistrements sont là pour le prouver. Qu’il cesse de faire la politique, ce n’est pas son domaine de prédilection. Thierno Alassane Sall dont l’envergure locale ne dépasse pas sa maison Thiès, a du mal à se déployer dans son propre quartier. Il a une table de valeurs très éloignée des valeurs ». En ce qui concerne Ousmane Sonko, poursuit le directeur de cabinet du président Sall, « cet expert improvisé est dans la contre-vérité éternelle; il est incurable, parce que sa haine est incurable ». Abdoul Mbaye lui, avance-t-il, « recalé à l’examen des Législatives dernières avec un score ridicule de 0, 02%, est dans le virtuel. Il n’a aucune référence aux valeurs lui qui, après avoir consigné les décrets d’approbation des contrats pétroliers, se dédit avec autant de légèreté aveuglé par les projecteurs de la haine ».
Il conclut : « Les cadres républicains n’accepteront jamais cette forfaiture et sont très engagés pour la réélection de Macky Sall au premier tour en 2019 ».

Saër DIAL

Rédacteur

Saër DIAL

à lire

Autres Articles