Accords de pêche entre le Sénégal et la Mauritanie : La société civile des pays en conclave pour la promotion et la mise en œuvre

L’Initiative des OSC du Cadre de Concertation des organisations professionnelles pour la Promotion et la Mise en œuvre des Accords de Pêche entre le Sénégal et la Mauritanie en partenariat avec le Projet d’appui à la contribution effective de la société civile à la bonne gouvernance et au développement de la pêche artisanale en Mauritanie, tient une rencontre sous- régionale à la Direction des pêches maritimes. Cette rencontre sous-régionale de la société civile de la pêche artisanale dont le thème porte sur : « La gouvernance transfrontalière et le développement des pêcheries entre le Sénégal et la Mauritanie », vise à promouvoir et à vulgariser les accords de pêche entre les deux pays.

M. Ibrahima Ba, coordonnateur du Projet d’appui à la contribution effective de la société civile à la bonne gouvernance et au développement de la pêche artisanale en Mauritanie, affirme : « La rencontre entre dans le cadre dans de la promotion et la vulgarisation des accords de pêche entre le Sénégal et la Mauritanie. Mais c’est aussi une rencontre de partage d’expériences entre les différentes organisations professionnelles mauritaniennes et sénégalaises. Les deux pays sont séparés par une frontière naturelle mais il y a une continuité des cultures et des pratiques. Avec l’approche population, je pense qu’il est plus facile de gérer les conflits, donc de dialoguer, de vulgariser ce qu’il y a dans les conventions pour que les populations puissent s’approprier ».
Il a tenu à préciser que c’est le pêcheur qui va en mer et non l’administration. Donc quand, il est mieux préparé, quand il est mieux sensibilisé, il peut gérer les conflits.
« Gérer les conflits, c’est gérer en amont, c’est préparer les populations à avoir un comportement positif par rapport même aux situations de conflit. Et je pense que la société civile a un rôle à jouer dans tout ça parce que les politiques et les stratégies sont faires par les Etats mais la société civile peut les vulgariser, peut sensibiliser les professionnels à bien comprendre ces stratégies, à bien comprendre ces politiques pour arriver aux résultats escomptés », explique M. Bâ.

Il souligne qu’on est dans une vision sous-régionale parce qu’en réalité, il y des choses qui se passent en Mauritanie, il y a des choses qui se passent au Sénégal. Et, il est plus pertinent d’harmoniser les politiques, les stratégies.
M. Sidiya Diouf, adjoint du directeur des pêches maritimes, précise : « C’est une rencontre d’organisations professionnelles des deux pays, l’objectif, c’est d’échanger des expériences mais aussi discuter sur les accords de pêche entre le Sénégal et la Mauritanie. Depuis 2016, ce protocole n’a été pas renouvelé du fait de certaines difficultés mais avec l’engagement et la vigilance des deux chefs d’Etat, les deux pays ont signé le protocole d’accord ».
L’adjoint au directeur des pêches maritimes estime que les organisations des deux pays se sont donné rendez-vous pour discuter de ces accords mais aussi pour discuter de manière beaucoup plus approfondie sur ces accords mais aussi pour discuter sur des expériences de cogestion. Et cela va permettre d’avoir un accord durable, d’anticiper sur les difficultés de mise en œuvre du protocole.

Saër DIAL

Rédacteur

Saër DIAL

à lire

Autres Articles