43 millions de dollars pour construire une station d’essence en Afghanistan, les USA gaspillent aussi les deniers publics

Près de 43 millions ded dollars issus de l’argent du contribuable  américain ont été consacrés à la construction d’une station d’essence en Afghanistan – soit 140 fois plus que ce qu’elle devrait coûter,  selon un rapport dénommé ‘’Chien de garde du gouvernement’’ ou Watchdog Report.

L’inspecteur général spécial chargé de la reconstruction de l’Afghanistan (SIGAR) a également déclaré que l’une des questions les plus troublantes « est la façon dont le Département de la Défense était incapable, ou refuse d’expliquer pourquoi le projet « mal conçu » était si cher ».

« Même en tenant compte des coûts de sécurité liés à la construction et l’exploitation en Afghanistan, ce niveau de dépense semble gratuite et extrême, » a déclaré SIGAR dans un rapport publié ce lundi.

Un Haut responsable de l’agence est allé plus loin.

John Sopko, l’inspecteur général spécial, a dit NBC News, «  Il peut y avoir de la fraude. Il peut y avoir de la corruption. Mais je ne peux pas actuellement en savoir plus à cause du manque de coopération. »

Malgré de vastes réserves de gaz naturel, l’Afghanistan est fortement tributaire de l’importation de produits pétroliers. Le projet d’utilisation du gaz en aval – supervisé par le Groupe de travail pour la stabilité et Business Operations (TFBSO) – visait à changer cela.

Le bâtiment de la mission en cause et l’exploitation de la première station de remplissage de gaz naturel comprimé de l’Afghanistan située dans la ville de Sheberghan, devait aider à développer un marché commercial pour le gaz naturel domestique.

De 3 millions de dollars à 42.718.730 dollars en trois ans

Malgré tout cela, un contrat pour un peu moins de 3 millions de dollars a été attribué à une société appelée Génie Central asiatique en 2011. Selon SIGAR, une évaluation de l’impact économique a constaté le groupe de travail est passé bien au-delà – 42.718.730 $ – entre 2011 et 2014 pour financer le la construction de la station et de superviser son fonctionnement initial.

Une station de remplissage GNC « n’aurait pas coûté plus de 500 000 $ au Pakistan voisin, » note le rapport, le calcul du «coût exorbitant pour les contribuables américains » à 140 fois plus élevé que ce qu’il aurait été.

«Je me méfie quand je vois quelque chose qui coûte 140 fois plus que ce qu’il a fait et je trouve des gens essayant de retenir ou non coopérer avec moi », a déclaré Sopko.

Le rapport de SIGAR a noté un manque de coopération de la part du Pentagone qui avait « empêché » son examen – une allégation catégoriquement rejetée par le principal sous-secrétaire adjoint à la Défense, Brian McKeon.

Le Pentagone fait obstacle 

McKeon a déclaré le ministère de la Défense ne cherche pas à restreindre l’accès, mais c’est plutôt «  le contraire. Nous sommes tout à fait prêts, désireux et capables de fournir un accès à ces dossiers ».

Selon SIGAR, le ministère de la Défense a répondu aux demandes de renseignements initiale avec une lettre disant qu’il n’a plus l ‘«expertise du personnel  » pour répondre aux requêtes de Sopko parce que le groupe de travail a été fermé en Mars 2015. Une copie de cette lettre, à partir de McKeon, a été incluse dans le rapport.

« Il y a peu de choses dans ce travail qui fit littéralement m’a ébahi Mais de tous les exemples de projets inutiles en Irak et en Afghanistan … ceci est véritablement ce qui m’a choqué. », a déclaré  McCaskill, un membre du Comité des services armés, dans un communiqué.

En réponse à un projet du rapport de SIGAR, McKeon avait écrit une autre lettre – reproduite dans le rapport final – disant que le DOD avait été entièrement prêt à donner l’accès à SIGAR  aux documents et fonctionnaires, mais que le bureau n’avait « pas fait usage de ces offres d’assistance ».

Ce que SIGAR et Sopko ont fortement contesté que, en disant que les promesses d’accès aux documents n’ont jamais matérialisées, malgré des demandes répétées. L’accès à certains documents archivés a été offert dans des conditions du DOD que SIGAR a rejeté, ajoute le rapport.

Malgré cela, le rapport de SIGAR dit, Sopko prévoit de continuer à contrôler  les activités du groupe de travail pour examiner la façon dont il fonctionne, ce qu’il a réalisé et si une conduite délictuelle a eu lieu. L’examen dans la station d’essence était une partie de cette mission.

Lactuacho.com avec nbcnews.com

 

 

 

 

 

Fara Michel DIEYE

Rédacteur

Fara Michel DIEYE

Co-fondateur du site Lactuacho.com, Fara Michel DIEYE jouit de plus de 18 années d’exercice dans la profession du journalisme et de la communication. Il a été notamment Rédacteur en chef du site d’information Dakaractu.com et de l’hebdomadaire Espace Magazine, et Directeur de la Rédaction du Quotidien Rewmi et de l’hebdomadaire économique Ecofi. En savoir plus >>

à lire

Autres Articles