14 ans après le naufrage du « Joola »: Les familles des victimes exigent le renflouement du bateau

C’est le lundi 26 septembre que le 14 éme anniversaire du naufrage du bateau « le Joola », sera célébré. Le Comité d’initiative pour l’érection d’un mémorial musée « LE JOOLA » a organisé ce mardi 20 septembre 2015 à la Place du Souvenir une conférence de presse. Les familles des victimes exigent toujours le renflouement du bateau après 14 ans de naufrage.

« Cela fait 14 ans que le bateau « le Joola » a chaviré dans l’océan Atlantique. Nous attendons toujours qu’on nous dise ce qui s’est réellement passé au niveau de la justice parce que c’est un devoir pour une nation démocratique quand il y a catastrophe de cette nature d’enquêter, de voir l’erreur, les raisons et de déterminer les causes, les responsabilités et de rendre justice. Le renflouement permet de faire le deuil. Vous savez dans notre culture, à l’échelle mondiale, partout où il y a décès, il y a un cérémonial qui est propre à l’être humain et il a droit à une sépulture digne d’un être humain. C’est pourquoi, nous demandons le renflouement du bateau et cela permet à beaucoup de famille de faire le deuil de leurs propres », a martelé M. Nassardine AIDARA, Coordonnateur du Comité d’initiative pour l’érection d’un mémorial musée le « Joola ».
Selon lui, les fautes qui ont abouti à ce drame, doivent être répertoriées et combattues.
Il estime que l’incivisme, l’indiscipline des sénégalais, on doit lutter contre ça pour une meilleure citoyenneté dans notre pays.
Il estime qu’ il y a beaucoup de familles qui n’ont été prises en charge par l’Etat du Sénégal. Et c’est 1900 personnes qui ont été recensées au départ, seuls environs 600 et quelque ont été pris en charge.
« Il y a du retard dans la prise en charge et on dit ceux qui ont 18 ans ne sont pas déclarés pupilles de la nation, donc cela a posé beaucoup de problémes, de tords à de nombreux orphelins qui sont abandonnés par l’Etat et nous, association des familles des victimes, nous avons le devoir de protéger ces orphelins, de les assister. Nous ne laceront jamais de poser ce problème parce qu’une nation ne doit pas abandonner ses enfants », dira M. Aïdara.
Le comité a prévu d’organiser le dimanche une messe à l’église du port de Dakar et suivi d’une manifestation culturelle, de récitals de chants.

« Les leçons à tirer du Joola sont multiples, d’abord, il faut promouvoir le civisme, c’est important, deuxième leçon, il faut qu’on puisse rendre justice, troisième leçon, il faut une solidarité envers les orphelins, dernière leçon, nous avons un devoir de mémoire, un peuple ne peut pas vivre sans histoire », a précisé M. Aïdara. Le comité maintient sa demande d’érection d’un édifice polyvalent à Dakar et Ziguinchor.

Saër DIAL

Rédacteur

Saër DIAL

à lire

Autres Articles