« 1 milliard F CFA, une commune », Fatick tient son plan Marshall

En conférence de presse hier jeudi 16 2015, à Dakar, pour préparer le conseil des ministres décentralisés qui se tiendra prochainement à Fatick et apporter leur point de vue sur le Programme unitaire  de développement local (PUDC) initié par le président de la République, les maires de cette région ont trouvé nécessaire que le financement commence d’abord au niveau local.

Ils veulent mettre sur pied un plan Marshall dénommé « 1 milliard, une commune », qui va les permettre d’atteindre l’émergence tant souhaitée par le chef de l’État Macky Sall.  Pour cela, l’édile de ville de Sokone, Petit Gueye a fait savoir que l’appel des quarante maires de Fatick c’est « un investissement massif », mais qui commencera dans les communes directement et sur les potentialités économiques. D’où est parti le slogan « Une commune un milliard ».

« Une commune un milliard c’est 257 milliards F CFA pour couvrir l’intégralité du territoire national. Mon souhait qu’il commence dans le département de Foundiougne et à Sokone et après la région de Fatick où 40 milliards F CFA seulement  seront mis sur la table » a-t-il ajouté.

Selon lui, le milliard s’il est mis dans la commune, sera visible et participera à la création d’emplois. Revenant sur les besoins de la région de Fatick qui abritera du 21 au 23 juillet le prochain conseil des ministres décentralisés, Petit Gueye d’indiquer que les besoins des 40 communes de la région de Fatick sont liés à leurs besoins  économiques et axés sur trois leviers.

Pour celle de Sokone, où la pêche est pratiqué à grande pompe. Les autorités locales ont fait savoir que pour booster ce secteur, il faut d’abord un dragage du canal d’accès au quai de pêche afin de l’élargir.

Selon toujours le maire de cette localité, c’est un besoin extrêmement pressant, parce que les populations de Sokone et celles des îles du Saloum étouffent.

Le deuxième levier économique important d’où découle aussi un autre besoin est le tourisme. Et comme Sokone est niché dans le « bolong » avec une belle corniche, une forêt de mangrove et un repositoire d’oiseaux, le maire a fait savoir qu’une promenade piétonne et fluviale y est prévue pour rendre l’environnement attractif et plus accueillant aux touristes. Le troisième levier concerne l’agriculture, où tout pousse à Sokone et dans la zone.

Idrissa Diop

Saër DIAL

Rédacteur

Saër DIAL

à lire

Autres Articles